Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 5 décembre 2017

BABX Cristal Automatique

De la mélancolie encore !
des mots 
de la poésie
de la musique envoutante

Avec son album "cristal automatique" Babx musicien, compositeur et chanteur nous prend à la gorge avec un art qu'il invente.
Il redonne vie à des poèmes majeurs qu'on avait trop vite vitrifié par dévotion ou crainte de ne pas être à la hauteur.   

Lui il les prend et les interprète avec la musique qui leur colle parfaitement et nous les offre à déguster: Alors on n'a plus qu'à déguster
Baudelaire, Genet, Miron, Tom Waits....
Enjoy!
JazzMarc



"Parfois je m'assois par pitié de moi
J'ouvre mes bras à la croix des sommeils
Mon corps est un dernier réseau de tics amoureux
Avec mes doigts à la ficelle des souvenirs perdus
Je n'attends pas demain... je t'attends
Je n'attends pas la fin du monde... je t'attends
Dégagé de la fausse auréole de ma vie". 
Gaston Miron




Blue Polar : Une Trouvaille

C'est un petit bouquiniste situé rue d'Algérie à Lyon, tout près des Terreaux. "Temps Livre", tel est le nom de la boutique. Eté comme hiver, le bouquiniste veille et propose des livres de poche et des BD (beaucoup de comics) dans un espace réduit.
 Et là, je pousse la porte (une fois de plus), dis bonjour, tourne la tête à gauche et mon regard tombe sur un petit bouquin, style série noire, intitulé "Blue Polar". Auteur: collectif. Date d'édition: mai 1999.4e de couv :"ce recueil de nouvelles vous est offert par Blue Note" pour tout achat de 2  CD de sa collection."

  Suit la liste des auteurs des nouvelles en question: Jerome Charyn,Jean-Claude Izzo,Jean-Bernard Pouy, Michel Le Bris,Peter Guralnick, Luc Baranger,James Crumley,Pierre Willi, Hervé Prudon. Super ! J'en connais 6 sur 9, et ce ne sont pas des manches. Je soulève la couverture et regarde le prix inscrit au crayon à papier: 2 euros. Elle est pas belle,la vie ?

  Je paye illico et sors de la boutique.Je lis immédiatement les premiers mots de la première nouvelle. "On l'appelait le Kid, le Kid de Cleveland, parce qu'il n'avait pas grandi dans un cimetière comme nous,qu'il n'avait pas mangé des ordures et pompé ses vitamines à même la terre.Il n'avait pas dix ans qu'il jouait du sax dans l'orchestre de l'église de son père, comme un petit ange noir."
  C'est bien parti. Je sens que je vais me régaler.Il fait gris et froid, c'est l'hiver mais il suffit de se caler au coin de la cheminée pour déguster ce plateau digne d'un écailler de luxe.Y'a des jours comme ça ...

François Jazzbôf
(pour faire écho à l'interview sur Jazz Chorus à propos des liaisons -dangereuses ?- entre jazz et polar).

samedi 25 novembre 2017

Emission "Jazz Chorus" sur Crock Radio 89.5


Tous les mercredis entre 20 heures à 21heures Philippe Simonci anime une émission consacrée au Jazz sur Crock Radio 89,5 station située à Vienne.


Sur la bande FM la reception n'est pas toujours facile depuis Lyon mais vous pouvez vous rattraper sur le Web. http://crockradio.com/?


Crock Radio affiche une vocation: " la musique pas comme les autres"... avec tendance rock affirmée.

Philippe Simonci, lui, avec une grande décontraction défend toutes les semaines la musique qu'il chérit, sa une grande culture Jazzistique et son enthousiasme indéfectible participe à faire de "Jazz Chorus" un moment privilégiée pour ceux qui aime le jazz et son rayonnement dans la région. 

Votre serviteur y a été invité le 22 novembre pour parler de l'expérience de chroniqueur de jazz évoquer ce blog et mes goûts musicaux du moment.
Vous pouvez la réécouter ici : Jazz Chorus - Emission 10 du 22 11 2017


J'ai réussi à placer : Neil Young, Marcus Malte, Esbjorn Svensson, Jean Kapsa ..et pas mal d'autres de mes compagnons de musiques.

 JaZZmarc




     

dimanche 5 novembre 2017

Macha Gharibian Jazz au carrés

Le Vendredi 3 novembre à Annecy

C'est sur le haut plateau Arménien, que démarre le concert; le flutiste Tosha Vukmirovic nous y accompagne avec son Kaval, instrument traditionnel des Balkans; il nous transporte sans somation vers ce pays fantasmé entre folklore et onirisme, il est  rejoint rapidement par les autres membres du quintet tous décidés à nous faire planer béatement.      

C'est donc la bouche ouverte que nous accueillons le groupe qu'à réuni autour d'elle Macha Gahribian, pour ce concert à Annecy dans le cadre du festival  "Jazz au carré".
La jeune pianiste, chanteuse et compositrice prouve tout l'étendu de son talent, dans cette formule en quintet où elle laisse de vastes espaces instrumentaux teintés d'improvisations.

Après "Marmashen" un instrumentale issu du folklore Arménien... La voix!
Sur le son cristallin de son "Steinway & Sons" Macha pose sa voix ample et forte  "I Who Have Nothing" le voyage ne fait que commencer.
Le style de son jeu au piano est souvent percussif,  elle est soutenu dans cette effort par une pointure à la batterie Dré Pallemaerts.
Tous les musiciens sont présents aussi sur l'album y compris le guitariste David Pothaux-Razel qui balance ses riffs atmosphériques sans économie de grimaces explicites participant ainsi à sa façon au spectacle.  
Les morceaux instrumentaux ou chantés se succèdent, ils sont essentiellement tirés du deuxième album  "Trans Extended" sorti l'année dernière.
J'ai un petit faible pour les chants en arménien comme "Anoushes" une mélopée envoutante; alors même si nous ne comprenons pas forcément les paroles elle nous emplie de mélancolie bienfaisante.  "La mélancolie c'est le bonheur d'être triste"  disait Hugo (Victor de son prénom) alors profitons!

Délicatesse,volupté et légèreté sont les sensations qui me restent du concert, quand la plupart des groupes proposent des prestations sur scène plus énergiques que leurs enregistrements en studio,  Macha Gharibian, elle, invite son public à un voyage paisible et plein d'harmonie après quoi on se sentirait meilleur.
Quel ambition!
JazzMarc
    
Macha Gharibian Piano/voix ; Théo Girard Contrebasse ; Dré Pallemaerts Batterie ; David Pothaux-Razel  Guitare ; Tosha Vukmirovic Clarinette/Kaval

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine








vendredi 20 octobre 2017

Gong au Ninkao le 19 octobre 2017, le concert de l'année ?



Le Ninkao le 19 octobre 2017.

Le concert qui bouscule, l'originalité psychédélique dans les sons et les projections d'images , les mélodies hypnotiques, une patate pas possible et une joie de vivre communicative, voilà tout ce que contenait cette soirée du 19 octobre au Ninkao.


Daevid Allen est mort en 2015, mais Gong fête cette année son cinquantième anniversaire avec une toute nouvelle formation : Fabio Golfetti à la guitare, Ian East à la flûte et au saxophone, Dave Sturt à la basse , Orlando Alen à la batterie et surtout un vrai leader, Kavus Torabi à la guitare.

Frisé comme un Hendrix blanc, facétieux, déjingandé, convivial, Kavus est LE chainon manquant à la saga Gong.


Et la salle ne s'y est pas trompée, peuplée certes de quinqua et de sexagénaires,mais aussi de jeunes qui dansent sur cette musique incroyable qui décoiffe,c'est le moins qu'on puisse dire.

Leur dernier disque s'intitule "Rejoice ! I'm dead".C'est dire ...


                       François Psychedelic Jazzbôf




Tom Petty: Il ne fera plus chavirer les coeurs


3 octobre 2017: il pleut sur la ville. Hier, Tom Petty s'est éteint à l'âge de 66 ans. Crise cardiaque. L'hecatombe continue dans le monde de nos musicos favoris.

C'était mon ami Christian, le guitariste,qui me l'avait fait découvrir en 1979.Pourtant,curieusement,j'ai attendu 1985 pour acheter mon premier vinyle de Tom Petty "Pack up the plantation", un live qui rassemblait ses meilleurs titres.

Tom Petty et ses heartbreakers venaient de Floride. Ils faisaient partie de ces groupes du sud qui vous pondent un morceau de bravoure chaque année. Le genre de zique qui vous redonne la pêche quand vous avez le blues.

Moi, j'avais un faible pour "Runnin' down a dream" et "Into the great wide open".


Mais je conclurai cet épitaphe par un vers d'un de ses plus grands succès ,"Free falling" ,qui résume bien le bonhomme:


I'm a bad boy for breakin' her heart







Aujourd'hui c'est à nous que tu brises le coeur ...
                                                     François Jazzbôf

Good Time: une B.O. envahissante ?





Le film "Good time" des frères Safdie se distingue par bien des références positives:un vrai scénario de film noir (entre Goodis et Chester Himes), New-York comme lieu de l'action (on pense à Scorcese), des éclairages violents de néons rouges,verts ou bleus ( un peu à la Winding Refn),des gros plans multiples (à la Leone) et une camera souvent portée à l'épaule qui donne du mouvement au film.



 Un regret cependant: la musique électro de Oneohtrix Point Never, redondante et parfois même bruyante. On se prend à regretter le rock des Stones dans "Mean Streets", d'autant que le  morceau final (excellent) est chanté par Iggy.


Heureusement ! C'est Pattinson qui joue à merveille le rôle principal: rien que pour lui, on peut craquer ...

                                        François Jazzbôf









mardi 1 août 2017

Macha Gharibian au Albertville Jazz Festival

Le Samedi 29 Albertville Jazz Festival

Vous êtes en vacances ? le jazz vous suit !
Après une bonne journée de randonnée dans le Beaufortain le AlbertVille Jazz Festival nous donne l’opportunité de passer la soirée en compagnie de quelques pointures du jazz international.

Ce festival existe depuis 3 ans, il est passé de 3 à 5 jours cette année, et le programmateur et jazzman Nicolas Folmer nous a bien gâté pour cette édition.


La soirée du samedi commence sur la scène gratuite du jardin , excusez du peu, avec une de nos chouchous Macha Gharibian qui se présente ici dans une formule en duo avec seulement son contrebassiste Matyas Szandai.
La jeune pianiste et chanteuse d'origine arménienne a sorti son deuxième très bel album "Trans Extended" fin 2016; en studio elle est particulièrement entourée en quintet ou sextet.
Ce soir elle nous livre la version épurée de quelques uns des morceaux de l'album, où ne garde que l'essentiel de sa singularité: son histoire bercée par le folklore arménien, une voix ample propice aux mélopées, et un touché de piano percussif dont les notes sont autant de perles cristallines aux senteurs orientales.  Les compositions chantées comme "I Who Have Nothing" gagnent en ampleur sur scène, les instrumentaux eux sont centrés sur le piano pendant lesquels l'artiste laisse aller sa créativité.
Cette musique plutôt intimiste se prêterait plus volontiers à l'ambiance feutrée des club, pour autant le silence de la ville d'Albertville est de qualité,  Macha en a pris certainement possession pour quelques instants.
 On entendra aussi des chansons traditionnelles arméniennes en version personnalisées comme "Saskatchewan" on s'y croirait alors que nous sommes au pied des massifs alpins.
J'ai retenu aussi le très beau "Byzance" extrait de son premier album "Mars".

Elles sera le 3 novembre à Annecy avant le New Morning de Paris alors foncez!

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine




Erik Truffaz au Albertville Jazz Festival


Sous le chapiteau de 1200 places c'est Erik Truffaz qui intervient en voisin à l'entame de la  programmation de prestige.

Il est un peu chez lui ici, d'ailleurs il nous présente ses parents qui sont au premiers rangs.
Concernant le volet artistique de sa prestation, il est ce soir avec son quartet habituel Marcello Giuliani  à la basse et Benoît Corboz aux claviers, Yoann Serra ayant lui  rejoint le groupe à la batterie.


N'ayant pas d'actualité de sorti d'album récent mais disposant d'un énorme répertoire, le trompettiste  va picorer dans sa discographie pour établir sa setlist du soir. "African Mist" et "Istambul Tango" de l'album "el tiempo de la revolucion", "mechanic cosmetic"  de l'album "in Between" et même 
"the walk of the giant turtle" titre et album de 2003.
Ce vagabondage discographique fait un bien fou aux aficionados, les autres diront que cette musiques inclassable entre jazz, rock et musique atmosphérique manquait d'émotion et de chaleur.

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 

JaZZmarc

Roberto Fonseca au AlbertVille Jazz Festival

Avec Roberto Fonseca c'est le choc des cultures, après la musique un tantinet froide d'Erik Trufazz le bouillonnant  pianiste cubain affiche la température : Calienté, Calienté.

C'est une armada de 7 musiciens  qui l'accompagne qu'il dirige avec maestria,
tous en costumes trois pièces et nœuds pap  on les croirait directement sortie de l'école hôtelière, mais ce qu'ils nous servent mama mia ça chaloupe et ça danse.

Les percussions et les cuivres qui définissent  le jazz latin  sont et bien là, et Roberto sait parfaitement bien faire monter la mayonnaise vers de grands moments d'emphase.

J'ai pour ma part préféré la première partie du spectacle pendant laquelle les compositions de Fonseca sont plus mises en valeurs, des morceaux même plus lents nous ont fait chavirer.

La deuxième partie est elle destinée à faire danser tout le monde en mélangeant les chansons traditionnelles et les compositions: Mambo, salsa, Cha-cha-cha
et ça fonctionne furieusement.

C'est ça aussi les vacances !
JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine