Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


dimanche 24 juillet 2016

JAZZ à Vienne 2016 et après ?

Du 28 juin au 15 juillet à Jazz à Vienne

Les couchées de soleil sur les pierres chaudes du théâtre antiques, c'est fini pour cette année;
alors est ce que c'était un bon cru ?

On peut grimacer sur certains choix de programmation pas très jazz, nous avons eu tout de même de belles soirées au Théatre antique: Maalouf, Soirée Chet, Scotfield/Melhdau/Guiliana/ Mac Laughlin et j'en passe

Sur les scènes gratuites nous avons eu de jolis plateaux: Iro Rantala, Roberto Negro/ Théo Cecaldi ... et à priori l'équilibre économique est atteint cette année : Bonne nouvelle donc pour l'avenir du festival et pour nous les amoureux du jazz.

"L'année prochaine je prends des congés pour en profiter plus" ça c'est ce que je me dis tous les ans,
..un jour j'y arriverais!

Jazz à Vienne c'est fini et après ?
... et si on allait à Marciac maintenant pour ne pas perdre la main.
YES !

JaZZmarc




Youth: de Paolo Sorrentino : Un Hymne à la beauté et à la gloire du cinema et de la musique

"Youth" le dernier film de Paolo Sorrentino  est un hymne à la beauté et à la gloire de la musique et du cinéma !

Ce n'est pas ce que j'en avais entendu à sa sortie dans les salles, aussi c'est  avec une agréable surprise et avec un certain retard que j'ai récemment vu ce film  que j'ai trouvé tout simplement magnifique.

La recherche de la beauté est une signature,
chaque plan est léché et la bande son est un enchantement.

Deux amis octogénaires ayant eu beaucoup de succès dans leur vie professionnelle l'un a été chef d'orchestre l'autre  metteur en scène se retrouvent dans un centre de vacances Suisse haut de gamme où les célébrités s'y retrouvent: Maradona, Miss Univers ( rien que ça !)


L'histoire avance autour de l'apathie supposée  d'un des 2, mais l'histoire est secondaire dans cette oeuvre, l'essentiel se trouve dans les scènes "inutiles" au déroulement de l'histoire : les rèves, les fantasmes, les souvenirs réels ou reconstruits.

La bande originale a été concoctée par un amoureux de la musique,
- première surprise une reprise d' un morceau du groupe Yes  "Onward" sur l'album Tormato ( composée par le regretté Chris Squire)  interprété ici par le chanteur américain Mark Kozelek. L'intro à la guitare sèche est très largement allongée dans la film jusqu'à l'enivrement.
- David Byrne et Elliot Murphy figurent aussi dans la BO.
- et puis le compositeur fétiche de Paolo Sorrentino, David Lang signe ici quelques perles jusqu'au concert final qui nous laisse pantois.  
           
Nul présence officielle de jazz ici, ou peut être est il partout, dans la liberté que prend le metteur en scène avec son projet artistique : Pas de cheminement linéaire, des surprises à tous moments, et des compostions originales plus qu'aventureuses.

JaZZmarc

David Lang: "Just"


David Lang: "Simple song"

Mark Kozelek: "Onward"


lundi 18 juillet 2016

NOX.3 à Jazz à Vienne

Le mercredi 13 Juillet à Jazz à Vienne
Un des moyens pour passer de la scène Cibèle à celle du Théâtre Antique de Vienne c'est de gagner le Tremplin RéZZo; c'est le cas pour le trio NOX.3 vainqueur du tremplin 2015 qui entre ce soir sur scène en ouverture de  la soirée "All Nigth Jazz". Un p'tit coup d’œil vers l’immensité du public Waoouuh ça doit être impressionnant et grisant la première fois.

A l'entame du concert d'ailleurs les doigts collent un peu au piano sur un rythme tout de suite très rapide; il ne faudra pas longtemps cependant pour que ces 3 jeunes déroulent sans complexe leur vision du jazz moderne.
Il convient de prononcez "Nox Point 3" comme une nouvelle version d'un programme informatique,
et c'est bien une version actualisée du jazz qu'ils souhaitent nous proposer, un jazz teinté d’électronique dont l'organisation des compositions est toujours audacieuse et complexe sans renier la musique qui les a bercés: du Jazz mais aussi du rock et de l'électro.
Depuis l'année dernière le groupe semble plus homogène et leur singularité plus affirmé.
 Ils ont depuis publier leur deuxième album " Nox Tape" qui constitue la majorité du répertoire du soir.
 
Créatifs dans la recherche de sons ils ne cèdent pas à la facilité pour ce set, et lâchent leur coup avec quelques espaces d'improvisation convaincants.
Vue de scène : merci Rémi Fox pour la photo Facebook

Un seul petit bémol cependant c'est toujours la perception de quelques passages à vide...ou alors c'est moi ?

Les boucles enivrantes faites à la main et propices aux envolés des solistes sont dignes de quelques autres chercheurs du jazz que sont des ensembles comme Portico Quartet ou Nik Bartsch Ronin. 


C'est tout à l'honneur du festival Jazz à Vienne que de mettre en lumière sur la grande scène des empêcheurs de jazzer en rond qui sont l'avenir de la musique que nous chérissons, le Jazz : une musique qui avance !
        
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine  
Rémi Fox : saxophones  / Matthieu Naulleau : Clavier / Nicolas Fox : Batterie + electro pour tous





mardi 12 juillet 2016

Yael Naim à Jazz à Vienne du coeur et des choeurs

Une journée parfaite à Vienne ça pourrait se terminer avec un concert de Yael Naim au théâtre antique sous un ciel étoilé,
un concert centré sur les voix, d'abord celle de Yael puissante et intime à la fois, mais aussi celle de ses  choristes qui sont très présents dans ce spectacle.
C'est le troisième album sorti l'année dernière que nous présente Yael Naim et son compagnon de ville et de scène David Donatien : "Older"
"Older" pour eux c'est le fait d'être désormais assez vieux pour perdre des proches mais aussi pour donner la vie ils sont depuis peu parents d'une petite fille.
L'album est une suite de hit potentiels dont certains nous sont déjà familiers comme "dream in my head" ou "Cohard".
Pour ce dernier sur scène elle est d'abord seule au piano puis les chœurs interviennent et ça ressemble à un requiem, un moment de communion, la chanson illustre la peur de devenir quelqu'un d'autre ; ....how did i become Coward
J'ai retenu aussi "ima" qui veut dire maman en hébreu c'est une berceuse composé pour leur fille moitie en hébreux et moitié en créol jolie illustration du métissage de leur couple.
Yael Naim a tenté et réussi une prouesse au théâtre antique, celle de s'improviser chef de chœur et de diviser les spectateurs en trois pupitres différents pour l'accompagner dans une de ses chansons, un jolie moment de complicité même avec une "salle " aussi imposante.

Une version "revisited" de l'album est déjà sortie avec quelques invités prestigieux,notamment  une version de "Cohard" enregistrée avec Brad Melhdau au piano.

Paradoxalement Yael Naim semble fragile et inquiète alors que sur scène elle démontre une assurance sans faille et un cœur gros comme ça.

Ce spectacle est déjà bien rodé il va les emmené prochainement au Canada et au Japon c'est effectivement une musique qui semble universelle avec en plus des paroles en anglais.

 Yael Naim était déjà sur la même scène mercredi dernier pour le projet "autour de Chet" où elle était tout à fait à son aise; alors peut être la révérons nous ici avec un projet purement Jazz.

A perfect day
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 

Lunatic Toys à Cybèle

Le Samedi 9 juillet Jazz à Vienne Scène de Cybèle

La grosse claque de la journée est venue d'où on ne l'attendait pas forcément, un groupe de la région Lunatics Toys qui se produisaient à Cybèle en milieu d'après midi.

Pour ceux qui s’attendaient à écouter du jazz de salon tranquillement sous la bâche ont du opérer un repli stratégique,
 car sur scène les Lunatic Toys avaient décidé de taper fort au sens propre et au figuré.
A l'entame du set on se dit que c'est un peu  rugueux et pas du tout lunaire comme pourrait le laisser penser leur nom et puis rapidement on se rend compte que non c'est juste une musique totalement déjantée sous influence Rock psychédélique brutal et c'est décoiffant et euphorisant.

Le jeu au synthé de Alice Peret est minimaliste il pose une ambiance et relance les autres protagonistes,  c'est le batteur Jean Joly qui fédère très souvent la structure du morceau alors que le saxophone de Clement Edouard  balance ses joutes torturées. 
Le tout donne une musique puissante, hypnotique et profondément urbaine.

Pour le coup le changement est total le groupe ici refuse totalement la mélodie,
 j'ai penser à l'ensemble Cinematic Orchestra  pour le côté création de tableaux cinématographiques electro-jazz, ou à un Phillip Glass sous acide.

C'est dans tous les cas une musique contestataire de grands malades mentaux...
mais qu'est ce que c'est bon.

A perfect day
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine

Alice Perret : Claviers / Jean Joly: Batterie / Clément Edouard: Saxophone


HoneyJungle trio à Cybèle

Le Samedi 9 juillet Jazz à Vienne Scène de Cybèle
Une journée parfait à Vienne ça pourrait commencer à 16h, où la scène de cybèle sous la chaleur accueille une musique de club avec le trio roi du jazz : piano, basse batterie

Ces trois là sont venu de Saint Étienne.
Les membres du trio Honeyjungle  souhaitent que leur jazz suive une ligne pop avec une mélodie identifiable facilement  et ça groove pas mal leur affaire.

1 zeste de synthé, une petite rythmique  qui s'installe doucement, le contrebassiste fait décoller son solo avec son archer ça pourrait être une composition du fameux trio suédois EST mais c'est une de leur création: "Les sœurs chimistes"
Un détournement tortueux et nerveux d'un morceau de Niravana et c'est "Kurt Radio" morceau très réussi du groupe

Nous voilà en très bonne compagnie pour commencer la journée!

Le trio Honeyjungle a déjà 2 album à leur actif et  si vous les avez raté il seront fin juillet au festival du Crescent de Macon

JazzMarc
Camille Mouton (piano) /Jeremy Magand (basse) / Francis Decroix (batterie)

Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet  et les autres chroniques de la semaine



Beth Hart à Jazz à Vienne

Le vendredi 9 juillet à Jazz à Vienne.
C'est une soirée sans foot,
et sans pluie à Jazz à Vienne,
sans jazz non plus d'ailleurs,
mais pas sans talent car sur la scène du théâtre antique Beth Hart assure le show en deuxième partie de soirée.

Elle se présente seule à la guitare pour démarrer son concert, une voix et presque rien autour pour une chanson  très douce qui  saisit le public devenu d'un seul coup hyper attentif et silencieux:
"St Teresa" extrait de son dernier album sorti en 2015 "Better Than Home"  

C'est le début d'un show hyper maitrisé de cette chanteuse américaine de 44 ans  qui montre tout au long de son spectacle quelle se refuse à toute facilité,
Sa voix est puissante avec un vibrato très reconnaissable qui sied à merveille aux Protest Songs et au blues, elle ne s'en contente pas; elle est à l'aise aussi bien avec des ballades langoureuses qu'avec du rock des plus débridé.

Le band qui l'accompagne est sous contrôle, le chef c'est elle, mais dès qu'on leur lâche un peu la bride ils en profitent ces insolents et nous gratifient de quelques soli de guitares décoiffant.
Beth Hart alterne les morceaux rythmés et les ballades pour ces derniers elle s'accompagne d'ailleurs seule au piano ou à la guitare la bougresse est bourrée de talent.

Une telle puissance vocale peut rappeler celle de grandes chanteuses comme Tina Turner ou Janis Joplin  rien que ça, et Jeff Beck ne s'y ait pas trompé quand il a fait appelle à elle pour chanter " I'd Rather Go Blind" en hommage à Buddy Guy
Les chansons sont des cris d'amour désespérés ou des errances sous influences addictives mais elles ne sont jamais larmoyantes : C'est l’Amérique oui ou non!   
Le répertoire du soir; des morceaux de son dernier album en date et quelques reprises comme le très beau "Your Heart is as Black as Night" de Mélody Gardot

 Après avoir chanté "please don't go" elle s'en va quand même,  cette bête de scène qui au final avait ce soir, avec le théâtre antique, une scène taillée  à sa mesure. ( et Melody Gardot c'est presque du jazz non ?)
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com Ce billet et les autres chroniques de la semaine 


jeudi 7 juillet 2016

Scofield, Meldhau, Guiliana & John Mac Laughlin : Guitares magiques à Jazz à Vienne

Le jeudi 7 juillet à Jazz à Vienne

Soirée idéale: température estivale,ciel dégagé,placement optimal dans le théâtre de Vienne (5e gradin à gauche de la scène).

Quant aux musiciens,la crème! En première partie,un trio exceptionnel: John Scofield guitare solo 6 cordes Ibanez bleu-ciel qu'il rejette dans son dos quand il passe à la basse couleur rouge (posée sur un pied); Brad Meldhau, silhouette fluette en T.shirt vert qui jongle entre un piano,un Fender Rhodes et un synthé; enfin Mark Guiliana, batterie acoustique et électronique, le jeune prodige qui accompagna Bowie dans son ultime production, le complice de Brad pour Mehliana dont ils joueront de nombreux extraits. Le concert décolle au 3e morceau," Il was what it was".
Il n’atterrira plus, atteignant son climax avec un solo de Mark.Seul regret: il n'y aura pas de rappel.




Les roadies ont l'air pressé d'installer le deuxième super-groupe de la soirée, John Mac Laughlin & the 4th Dimension, à savoir l'excellent bassiste camerounais Etienne Mbappe, le percussionniste indien Ranjit Barot et surtout le surprenant Garry Husband, ancien compagnon d'Allan Holdsworth, aussi à l'aise aux claviers qu'aux percus (il y a deux batteries sur la scène et elles joueront parfois ensemble).

 John, cheveux blancs au vent, présente ses musiciens en français (petite allusion au Brexit en passant).Etienne joue avec des gants.Les titres sont anciens ("si vous ne les reconnaissez pas,c'est que vous êtes trop jeune ou trop vieux") ou nouveaux (tirés de Black light).

Et nous atteignons rapidement le Nirvana ...


FrançoisJazzBof







Qui va gagner l'Euro ?: La France ou le portugal


Petite fantaisie de Philippe Katerine avec quelques années d'avances !

lundi 4 juillet 2016

Vicious Steel à Cybèle

Le Samedi 2 juillet Jazz à Vienne Scène de Cybèle

Un crane de bouc sur le pied de micro, une espèce de boîte de conserve sur le micro lui même, des amplis très vintages le décors est planté Vicious Steel c'est du très "roots" du blues inoxydable bien chez nous enfin plus du fin fond du sud des  États-Unis.

Cyril Maguy a la voix rocailleuse à souhait et de superbes guitares, Antoine Delavaud, le batteur, est adepte du style "épuré" qui sied au blues et les deux s'accordent parfaitement vocalement.

Pour le répertoire j'ai retenu deux chansons en français " Cet enfant d'salaud" et "la fille du bord du lac".
Ils sont très convaincants dans ce style et le public les suit très volontiers pour taper des mains ou chanter, il leur est même proposé de danser.
Le groupe a obtenu quelques prix et notamment le prix Révélation Blues sur Seine 2014, un premier album éponyme est disponible qu'on se le dise. (entre amateurs)

Quand j'serai grand, j'serai chanteur de vieux blues de la campagne américaine !
ou alors dans une autre vie!
JazzMarc

Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine