Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 15 décembre 2009

Jazz&Polar toujours : Åke Edwardson

« Il monta le son, la musique tourbillonna en griffant l’air de l’appartement. Il marchait en cercles, réfléchissait, ses pensées déchiquetées par la musique se libéraient, se recomposaient en partie, parfois en totalité.
John Coltrane, the Father and the Son and the Holy Ghost. Les émotions et les pensées refusent de se laisser peaufiner, échappent à la symétrie, à quelque chose qui serait beau en surface. Quand les sax tenor de Coltrane et de Pharoah Sanders errent chacun sur son chemin de folie, ce n’est qu’un bout de chemin en route vers la totalité. C’est comme la mer, pensa-t-il, comme les vagues qui cassent en surface, mais la mer est toujours une, toujours en mouvement. Si je veux résoudre cette affaire, je dois penser dans la dissonance, l’asymétrie »


Åke Edwardson, né le 10 mars 1953 à Vrigstad au sud de Jönköping (Småland), est un journaliste et un écrivain suédois de romans policiers. Il est considéré comme le successeur de Henning Mankell, ses livres ont été traduits dans plus de vingt langues. Il habite à Göteborg sur la côte occidentale de la Suède.
Je viens de lire son premier polar Danse avec l’Ange et commence Un cri si lointain, et c’est une très belle découverte (pour moi).
Son personnage principal, Erik Winter, est commissaire (sans illusion) à Göteborg , il écoute beaucoup de Jazz (Coltrane en particulier) et fume des cigarillos. Son écriture est poétique et nous décrit à travers des enquêtes très bien construites (fausses pistes, indices…), un modèle social suédois assez loin de ce dont on nous rebat les oreilles. ..
Il y a 9 titres dispos chez 10-18, le dixième et dernier de la série est prévue en 2010.
JCJazzBof

mercredi 2 décembre 2009

Mon dernier Concert de Yes le 1er décembre à la bourse


ça faisait une éternité que je n'avais pas mis les pied à la bourse du travail, la salle est toujours très désuète, avec des personnes qui nous placent et les chaises rondes et rouges style rétro...j'ai un mauvais pressentiment. Je repense au concert de 1977 au palais des sport de Gerland, un de mes meilleurs souvenir de concert

Bon, retour 32 ans plus tard, et ça fait mal. Le début du concert est catastrophique la sono est mal réglée, ils ne sont pas vraiment synchro. Steve Howe à la guitare est un peu engourdi, au clavier Christopher Wakeman est transparent, Chris Squire à la basse fait du gros son style c'est moi le boss. Le chanteur Benoît David nous la joue gentil saltimbanque qui sautille. Je m'enfonce dans mon siège Serait ce le concert de trop ? Ils ont même saboté Onward extrait de Tormato
Et puis Steve Howe fait le break avec son traditionnel moment de solo à la gratte sèche c'est très bon, et le groupe revient avec un morceau de Fragile "south side of the sky" putain ça le refait ! et ça devient meilleur, on entend clairement le clavier, Steve commence à être chaud ... la nuit est à nous.
Le répertoire que du très vieux ;The Yes Album, Fragile, Close to the edge, Drama, et bien sur "Owner of lonely heart".

Manu m'a demandé d'être objectif, et qui aime bien châtie bien, c'est quand même mon groupe culte des années 70, mais visiblement le public est complément acquis et les fans sont sans réserve : l'amour rend sourd aussi.
Il fallait y être c'était mon dernier concert de Yes ..en date à quand le prochain avec le magicien Jon Anderson ?
A la fin du concert un type me tape à l'épaule, Jean-Marc? c'est moi Eric F. on était au lycée ensemble, ça fait plus de 30 ans que nous ne nous étions vu et étions ensemble au concert de Yes en 77,.. super soirée à Bientôt Eric.
JeanMarocK

Porcupine Tree et Tony Levin au Transbo le 26 novembre


TONY LEVIN m'a serré la main ! Sans dec ! C'était hier soir, au Transbo. Quelle ne fut pas ma surprise, arrivé en retard, de réaliser que le type rasé et moustachu qui assurait la 1ère partie de Porcupine Tree, c'était Tony Levin himself, avec son nouveau groupe "Stickmen" (Michaël Bernier Chapman, stick and vocals / Pat Mastelotto , drums).A l'issue du dernier morceau ("Elephant's talk"), Tony annonce qu'il va dédicacer après le concert.
Je salue mon ami Michel (qui m'annonce que j'ai raté une reprise de "Red" de
King Crimson) et cours à la dédicace. Tony, décontracté, au milieu de 5-6
pékins. J'achète son dernier opus (10 euros)et m'avance vers lui. Dans mon
meilleur anglais, je dis : "I'm so sorry. I was late and I just heard your two
last tunes".Puis j'embraye, je lui explique que je l'ai vu plusieurs fois jouer
avec Peter Gabriel et même King Crimson. Que j'ai un disque live de lui avec son groupe enregistré à Woodstock (U.S.A.). Il me répond qu'il ne voit pas lequel. J'explique, celui où il reprend du Crimson, du Peter Gab et des morceaux persos. Là ,il a l'air de mieux situer.
Puis je conclus en lui disant : "I will tell a friend who is music player I
met you ( je pensais au bassiste qui enseigne la musique dans mon bahut). He
will be very astonished ! (j'avais mobilisé toutes mes connaissances en anglais)".ET là, il me tend la main en ajoutant "you're very kind ! Thank you !". Mon taux d'adrénaline a explosé. A l'heure qu'il est, je ne me suis pas encore remis.Je suis Levinement heureux
Et puis PORCUPINE TREE
C'était fort. Dans tous les sens du terme : la technique musicale, les décibels, l'illustration visuelle du concert.Sur scène, en plus de Steven Wilson (mince, cheveux longs, l'air grand étudiant), officient quatre autres musicos (basse,
guitare, claviers- Richard Barbieri- et batterie - Gavin Harrison).
En première partie, ils jouent tout le premier CD du dernier opus , "The incident", donc le morceau eponyme (environ une heure), avec une alternance de pièces mélodiques et d'autres très noisy.
Puis, après un entracte minuté de dix minutes (compte à rebours affiché sur l'écran scénique), ils reprennent avec un florilège de morceaux de leur abondante discographie (entre autres, "Fear of a blank planet" et "In absentia"): là, ça tape plus fort encore (métalprog comme dit Michel),ça flashe un max. Je ne connais que deux ou trois titres , donc je suis moins dedans.
Apothéose du rappel (un truc d'In absentia, encore).La seconde partie a duré une heure.On sort lentement (la salle était pleine comme un oeuf). C'est bon de respirer l'air frais après celui saturé de sueur et de respiration du Transbo.

Francois HQSMTL (L'homme qui serra la main de Tony Levin)
Découvrez la playlist porcupine tree avec Porcupine Tree

samedi 28 novembre 2009

André Ceccarelli à l'Amphi jazz

Le Vendredi 13 novembre
C'est bon de retrouver l'Amphijazz, pour une nouvelle saison.
La soirée avait pourtant mal commencée, j'avais pris ma place par Internet, et arrivé au guichet on me dit que j'ai bien réservé mais pour la soirée de Jeudi et c'était hier, et ce soir c'est complet au revoir Monsieur...après un peu de stress on me propose une place debout à l'arrière...Ouf
J'ai bien passé le premier set debout et c'était bien, et le 2ème autour d'une bière avec JC Jazzbof & co et c'était mieux.
Musicalement ça a démarré très fort après un petit solo de Dédé (batterie),Sylvain Beuf (Sax) et Julian Olivier Mazzariello claviers(Fender Rhodes)interviennent pour un morceau d'enfer de Sylvain Beuf. Le trio fonctionne bien, on sent une forte complicité entre les 3 compères.Sylvain Beuf est très convaincant dans ses solos, et le jeune Julian très prometteur. Dédé est très efficace à la batterie il a souvent 1 baguette différente dans chaque main et il est très sympa , très simple.
Outres les compositions des trois musiciens présents il reprennent des morceaux de Batiste Trotignon,et Duke Elingthon
A la fin Dédé et fatigué il le fait savoir clairement...
Une belle soirée de jazz quoi !
C'est quand la prochaine ?
JazzMarc

mercredi 25 novembre 2009

Un soir au club

Je ne l'ai pas encore vu, mais ce film m'intrigue.Voilà le début de la critique par Télérama
"Un soir au club, donc, un homme éteint, attendu au loin par une épouse et un fils, rechute dans la grande passion de sa vie, le jazz (il était un pianiste fameux), et en même temps dans l'alcool, et en même temps dans l'ivresse amoureuse. C'est comme une brèche qui s'ouvre, une digue qui cède, pour quelques verres, quelques accords, pour la voix d'une chanteuse locale qui le reconnaît, l'encourage, l'attire....


Pour aller le voir il faut viser: 1 salle à lyon, le comédia, une séance pour le moment dimanche 29 novembre à 20h30.
François JazzBof
J'y étais: Merci François
J'ai trouvé ce film magnifique, la note bleue est tenue effectivement dans bout à l'autre.Un homme qui se retrouve dans une boîte de jazz pour un soir et ç'est peut être : une simple parenthèse dans sa vie, ou le moment de faire des choix ou alors la fin d'autre chose. En tout cas il va s'enivrer de musique et d'alcool, comme on se perd ou rêve de se perdre dans la musique. "Let's get lost" n'est pas très loin. En plus il trouve l'amour ou un mirage d'amour.
La bande son est superbe, je vais chercher le CD, qui sait ça sera peut être un coup de coeur 2009.
JazzMarc

dimanche 25 octobre 2009

Jazz&Polar selon Francois JazzBof


Quant à moi, je dirais que le jazz s'accouplant au polar a donné vie aux plus beaux films noirs : que serait le film de Louis Malle "Ascenseur pour l'échafaud" sans la plume de Noêl Calef et la trompette de Miles Davis ?

Ou celui d'Otto Preminger "Autopsie d'un meurtre" sans le roman de Robert Taver et la musique de Duke Ellington ? On pourrait d'ailleurs phosphorer sur des accouplements plus contemporains qui pourraient être magnifiques : de quel polar Marcus Miller pourrait-il écrire la musique ? Quel musicien entendriez-vous sur Robin Cook ?

Mais le polar aussi a renvoyé l'ascenseur (si j'ose dire) à la musique : c'est le Continental OP de Dashiell Hammett qui inspire une très belle chanson à Rory Gallagher ; c'est le tueur du roman "Citoyens clandestins" de D.O.A. qui commet les pires atrocités en écoutant des airs de rock sur son mp3.
Bref, on l'aura compris, voilà deux univers qui communiquent : même goût pour la nuit, même ambiances enfumées, mêmes voix cassées par le whisky, même défiance de l'ordre établi. Le musicien improvise comme le héros de polar, flic, privé ou malfrat.La mort fascine l'un et l'autre. Ils sont faits pour se comprendre.
François Jazzbôf

Une perle : Jan Garbarek "Dresden"

Qu'on se le dise ! Le dernier CD du Jan Garbarek Group "Dresden" est FABULEUX.
C'est le prof de musique de mon 2e collège qui me l'a fait découvrir et j'en
reste baba. Je m'empresse de chercher sur le net qui l'accompagne : le bassiste
est superbe, le pianiste d'une sensibilité remarquable et le batteur ( Manu Katché) très inventif. Quant au saxo, quel son !!! A vos chaînes stereo ...


François JazzBof

Le rock progressif n'est pas mort?: Elbow


ça fait plaisir d'entendre quelque chose de nouveau et de bonne qualité pour un genre devenu marginal.
Jeanmarock

Eric Legnini Trio: ça groove


ça groove un max, le batteur, Franck Agulhon, est fantastique,inventif
avec ce genre d'artiste le jazz est en liberté toutes les influences sont possibles: rock, hip hop...
JazzMarc

lundi 19 octobre 2009

Jazz&Polar selon JC Jazzbof




Je citerai volontiers Léo Malet qui m’a fait découvrir le polar français, avec notamment les Nestor Burma (portés à l’écran avec Guy Marchand au sax), l'ambiance prend souvent le pas sur l'histoire mais c'est tellement bien écrit. L’action se passe souvent dans les quartiers Jazzeux de Paris, comme « Dans la nuit de St Germain des prés »

J'ai bien aimé aussi les polars de Bill Moody (musicien pro et auteur), là ce n'est plus une bande son mais le Jazz est le thème principal, son héros récurrent Evan Horne tente d'élucider les mystères qui ont accompagnés les légendes du Jazz, à lire "sur les traces de Chet Baker" par exemple :
Intro :" Tu sais ce que j’ai fait, mec, quand j’ai appris la nouvelle ? Je suis resté assis là, les yeux fixés sur la télé, pendant quelques minutes, et j’ai su tout de suite que je n’irais pas travailler le lendemain. Pas question. Quinze secondes au journal de six heures et une vielle photo. Le jazzman américain Chet Baker est mort hier à Amsterdam dans des circonstances mystérieuses. Tu sais qu’il était défoncé, il a piqué du nez, il est tombé de la fenêtre de sa chambre d’hôtel. Chet était parti".
Et si on l’avait poussé ? S’en suit alors une belle enquête dans Amsterdam, on y côtoie le Jazz de l’intérieur, et on apprend beaucoup de choses :
Je propose Jazz & Pinard pour le prochain billet....
JC jAZZbOF

samedi 17 octobre 2009

Archive : version One shot not

Collapse / Collide : C'est la version que je préfère à celle du CD, dans une émission qui est toujours au top.


JeanMarock

Marcus Miller: le roi

J'ai retrouvé sur dailymotion la video de Marcus Miller lors de son passage à "One shot not" en février 2009: c'est le pied.

JazzMarc

mardi 13 octobre 2009

Jazz&Polar



Les ambiances enfumées,les mauvais garçons, les chanteuses de jazz plantureuses (style Roger Rabbit)le polar et le jazz sont fait pour s'entendre.
Voici quelques citations qui sonnent bien:
Julien Delli-Fiori:
"Incontestablement, un des liens les plus touchant entre le jazz et le polar est celui d'afficher une apparence nonchalance face aux contretemps, aux mauvais coups de la vie""
Noêl Balen:
"Le jazz et le polar, c'est la pipe de Simenon entre les seins de Joséphine Baker, un baiser humide de Miles Davis sur les lèvres noires de Juliette Gréco, une copulation vénéneuse entre Billie Holiday et Hercule Poirot. Sax,crime et volupté"
Patrick Raynal:
"Si le polar s'attache à raconter le monde, c'est bien le jazz et le blues (merde ndlr) qui constituent l'essentiel de la bande son"
J'ai trouvé ces citations dans le livre de Bob Garcia ( musicien de jazz et écrivain de polar )"Jazz et polar" qui donne par ailleurs une hypothèse de l'origine du mot jazz:
"En 1907...Buddy Bolden cornettiste est chef d'orchestre ... se produisait dans les bar de la Nouvelle Orléans ...en abandonnant les modèles musicaux poussiéreux de l'époque... Un journaliste local, après s'être aventuré dans les bas-fonds pour être le témoin du spectacle, rapporta que ce que jouait Bolden était du bavardage musical en utilisant le terme français jaser pour accentuer son dédain.Cela frappa les esprits, et bientôt tout le monde dans les bas-fonds sut ce que cela signifiait quand un orchestre "jassait" un air.

JazzMarc
"L'archétype du PolarJazz est la série des romans de Michael Connely avec son personnage récurent Harry Bosch, il cite régulièrement les morceaux qu'il écoute et qui collent à la situation, il peste de ne pas être un joueur de sax"

vendredi 9 octobre 2009

Playlist: Spleen d'automne

Découvrez la playlist Spleen d'autonme avec Melody Gardot

Voici ma sélection d'automne, des musiques mélancoliques que j'écoute énormément en ce moment : la saison, la météo, le hasard des sorties d'album,...
Cassandra Wilson, chanteuse de jazz, vient de sortir un album divin, "Closer to you", elle y rassemble des reprises "pop" dont elle avait parsemé ses albums jazz précédents, j'avais déjà présenté dans un précédent billet la reprise de Neil Young "harvest moon" superbe. L'album est tout bon, reprise de Sting, Cindy Lauper avec des arrangements fabuleux, et des enregistrements irréprochables."Love is blindness" est une reprise de U2, méconnaissable est largement meilleure que l'originale.
Melody Gardot, l'album " my one and only thrill" est dégoulinant de violon le genre de production jazz que je n'aime pas. Mais quand même il y a des compositions et une sensibilité qui ne laissent pas indifférent.
Archive extrait du dernier album "Controlling crowd" j'écoute beaucoup ce morceau "Collapse/collide" que je trouve superbe, pour ma part je n'aime pas les morceaux de l'album où intervient un rappeur ( mauvaise idée). Ils étaient passés à "One shot not" s'était très bon, ils passent en janvier au Transbo. Avis aux amateurs
JazzMarock

mardi 22 septembre 2009

MUSE : Retour à l'émotion Rock

Le dernier opus de Muse- Resistance : ça l'fait!
C'est toujours un peu pompeux, voir pompier, ils ont piqué toutes les trouvailles de leurs ainés rockeux anglais : Queen, Ultravox et j'en passe mais c'est bon quoi.
Et puis c'est exactement ce qu'il nous fallait pour nous faire patienter avant le concert de ...oui : YES (Rappel: 1er décembre à la bourse)


Allez on se lache, la fin du morceau est jouissive.

JeanMarock

samedi 15 août 2009

Des nouvelles des jazzbofs à Marciac

Le 8 Août 2009
Face à un Tariquet( excellent vin blanc local), après un concert matinal ( 11h-12h15)d'Olivier Bogé (sax) avec Sylvain Romanoà la basse ( + 1 pianiste et 1 batteur que j'avais vu avec Temime), nous écoutons les premières mesures du set de Serge Lazarevitch. Bref, tout baigne (même le ciel un peu capricieux)
Et pour nous ce soir ...Avishai pour la douzième fois. Les concerts sont complets, dommage pour toi, les absents ont toujours tort...Jazz In Marc(iac)
C'est vraiment bien. Next Year JIM...
Les JAZZBOFS

mardi 14 juillet 2009

Ghinzu à Musilac


Un très bon concert de ces rockeux Belges, présentés par Grégory il y a quelques années,
Trés bon son, des attitudes très rock sans éxagération, un très bon moment si on ne s'était pas fait défoncer les oreilles par le groupe d'avant "prodigy" la négation de la musique.

Le dernier album est vraiment sympa, il tire un peu vers le son Muse

JeanMarock

SMV à Vienne : Die hard


C'était un dimanche ensoleillé à Vienne pendant le festival, le jazzBof au complet et Phil l'enfer quoi.
En dehors de l'anniversaire de Phil, nous étions venus pour SMV les 3 monstres de la jazz basse, nommés 3 fois à la soirée annuelle avec leur album Thunder.

Et alors...?, alors ils furent égales à leur réputation,super
du Slap en veux tu en voilà, tous les trois brillants,
le répertoire essentiellement tiré de l'album "thunder"
un morceau chacun de leur propre composition pour ma part j'ai adoré le morceau de Victor Wooten " lesson" de son album Palmystery
Marcus nous a fait un peu de TuTu ...génial
Un hommage à Michael Jackson avec la reprise de quelques morceaux bien "slapés"
Une super journée Enjazzée ( je l'aime ce mot)


JazzMarc

samedi 4 juillet 2009

Nik Bartsch's Ronin : ça prend bien la tête

Un artiste découvert avant un concert à l'amphi jazz, en musique de fond, je suis allé demandé au préposé à la console du son, et suis tombé sur un véritable passionné qui m'a écrit tous les coordonnées de l'album que nous écoutions, et m'a fait l'article.
Et il avait raison cette musique lancinante prend vraiment ce morceau dure plus de 17 minutes et on y est bien, c'est comme une mélopée, envoutante , encore , encore...

JazzMarc

lundi 29 juin 2009

Jb Hadrot Trio : Jazz à Vienne:

Et oui Jazz à Vienne 2009 c'est parti. Profitons en!!
Et dimanche 28 juin à 17 heures, sur la scène de Cibelle , Jean Batiste Hardrot Trio; ils sont de la région et c'est une fierté, pas la peine d'aller chercher dans les pays Nordiques ils sont bien de chez nous, et pourtant on pense à EST bien sûr et à Gustavsen sur certains morceaux lent. Le premier morceau Chistol celui qui est à l'écoute est plutôt d'un accès facile, d'autres sont plus ambitieux avec beaucoup de thèmes entremêlés et des tempos qui changent rapidement.
Je vous conseille d'aller les écouter au Peristyle où ils sont programmés pour quelques soirées...enjazzées


JazzMarc

mercredi 24 juin 2009

The cat in the Washing machine: Au Péristyle

Rassurez vous le chat va bien.
Samedi 20 juin,j'ai assisté au set de 19 heures et c'était la aussi une belle découverte.Plutôt JazzRock avec des très bon solos de guitare Nicolas VINCENT et de trompette VincEnT STEPHAN.
"The Cat in bla bla bla" est un groupe de la région.
Leçon N°2: Si vous avez envie de faire découvrir le Péristyle à des amis assurez vous qu'ils aiment écouter de la musique sans discuter pendant le set. ( J'ai testé pour vous)

JazzMarc

Un film Incontournable "Good morning England"

Avis aux amateurs de rock des sixties et même plus (jusqu'à "Let's dance" de
Bowie). Courez voir "Good morning England", un film sur les radios-pirates qui
sévissaient sur les ondes britanniques juste avant 68. Outre le casting
impeccable qui rappelle les gueules des Leone (magnifique Philip Seymour
Hofman), et la bande-son qui ravive des souvenirs chaleureux,le thème général
ravira les fans de jazz et rock à Communay : à savoir comment la musique crée
des liens et tisse des amitiés entre des gars pas compliqués pour deux ronds
mais qui ont une passion, le rock ! Le "Whiter shade of pale" de Procol Harum
redeviendra autre chose qu'un slow torride et le "Let's spend the night
together" retrouvera cet air de défi que les Stones vieillissant ont oublié en
route. Rendez-vous en janvier 2010 pour en reparler...
Plus d'infos sur ce film

François JazzBof

mercredi 17 juin 2009

N'Relax au Peristyle

Génial le peristyle a rouvert ses portes, à nous les soirées d'été enjazzées
et en ce soir 17 juin nous avons revu avec plaisir N'Relax que nous avions écouté il y a quelques mois en première partie d'Erik Trufaz

Un groupe électro-jazz Lyonnais, alors ne boudons pas notre plaisir ils ont été très bons.Un point particulier pour le batteur et le trompettiste qui sont les réels leader du groupe même si la chanteuse est très originale et tient bien son rôle.

Le Peristyle, quand je vous dis qu'il faut y aller

JazzMarc

vendredi 12 juin 2009

Steven Wilson : Insurgentes

Pour l'instant, je suis branché Steve Wilson (progressive): son dernier CD solo est de haute tenue.Il s'appelle "Insurgentes" et je vous en recommande l'écoute sur le net
Steve Wilson est anglais. Il a 42 ans. C'est un multi-instrumentiste. Sur "get
all you deserve", il déclare assurer les "vocals, piano, electric guitars,
mellotron, glockenspiel,bass, total fucking noise". Steve Wilson a toujours un
projet sur le feu : avec Blackfield , No-Man, Ephrat, Porcupine Tree ou en solo.
C'est un touche-à-tout de génie. Sur "Insurgentes" jouent le bassiste Tony Levin
(King Crimson , Peter Gabriel) et le batteur Gavin Harrison (Porcupine Tree, et
maintenant King Crimson). Bon sang ne saurait mentir. Porcupine Tree devrait
passer à Lyon cet automne. Avis aux amateurs de rock progressif ! (J'en connais
et pas des moindres).

François Jazzbôf

mardi 9 juin 2009

Retour sur le Retour de PRYSM


Le jeudi 4 juin
"Ainsi le rédac'chef me confie la chronique du concert de Prysm à l'amphijazz, moi dont la seule légitimité est d'être un admirateur inconditionnel de Pierre de Bethmann. Je l'avais déjà vu et entendu en leader de son septet Ilium et en sideman du batteur Stéphane Huchard, de David El Malek ou des fabuleux frères Moutin. Mais je rêvais de le retrouver dans cette formation mythique que fut Prysm à la fin du siècle dernier. Formation que le 25e anniversaire du Sunset à Paris a vu ressusciter. Et voilà que le rêve devient réalité en ce soir du jeudi 4 juin 2009, au fameux amphijazz que le pianiste prodige avoue aimer autant que nous.La rythmique formidable que constituent Christophe Wallemme (bass) et Benjamin Henocq (drums)est à la hauteur de l'événement : ça pulse pas possible! Le répertoire est puisé au coeur de la courte mais dense discographie du groupe : "The way" et "The stone cutter" enchaînés comme sur le 2e CD,"Réflection","Patience" ou encore "Un des sens". Pierre de Bethmann rappelle le plaisir qu'il a à interprêter du Prysm, à le tordre dans tous les sens. Le public ressent la complicité des trois musiciens qui distillent leur nectar musical pour leurs oreilles enchantées.
Le temps passe à toute vitesse, d'autant que le guitariste Manu Codja vient prêter main forte au trio sur deux titres. Tonnerre d'applaudissements. Un spectateur crie "merci !". En rappel, les trois compères reprennent "Body and Soul" de John Green avec maestria.
Encore une soirée musicale de qualité à l'amphijazz !
François JazzBOF
Le samedi 6 juin
Juste ce petit mot pour vous dire que la soirée de jeudi était très belle, et que celle de samedi l'était tout autant, à mon avis c'est interessant de faire 2 soirées avec le même artiste, l'ambiance des 2 concerts était totalement différente avec pourtant exactement le même répertoire (sauf un morceau de Giuliani), Benjamin Henocq à laissé un peu de son espace à Giuliani (moins de soli) mais les deux s'entendent à merveille (ils font partie de la même formation actuelle apparemment)
François nous avait dit du bien de ce sax, je ne pensais pas à ce point.
Rosario Giuliani est un petit Rital trappu, le cheveu ras et le visage fermé, qui met du temps a s'envoler en balançant le cou d'avant en arrière, mais quand il décolle houlala quel drôle d'oiseau...On en est resté scotchés au sol et il a fait un tabac, il me fait penser à David El Malek dans la technique mais avec en plus toujours la recherche d'une petite touche sensuelle et mélodieuse (à l'italienne quoi), à mon avis cher François, Olivier Témime n'a qu'a bien se tenir...Le Messi du sax est là, le plus petit par la taille mais un des plus grands virtuoses.
Il faut dire qu'être porté par un tel trio, c'est du gateau (un tiramisu par exemple)

Allez bon Jazz à vous, si on prenait un abonnement pour la prochaine saison?
jAZZbOFF from East Coast

dimanche 7 juin 2009

David Byrne : le visionnaire


La dernière émission de One shot not nous a permis de revoir David Byrne et pour ma part avec beaucoup de plaisir,avec le recul on se rend compte que c'était vraiment une visionnaire il a été à l'avant garde et a précédé des artistes comme Moby par exemple dans l'utilisation des "samples" et du metissage.
La video est un morceau récent de 2008 "strange overtone"

Mais les 2 morceaux suivant sont de 1980 avec Talking Heads "Remain in light'et en 1981 en solo dans " my life in bush with ghost" je vous recommande d'aller écouter le morceau "Regiment"


mardi 19 mai 2009

Attention phénomène: YARON HERMAN

Vendredi 16 mai à l'amphijazz,
Nous avons fait la connaissance d'un futur grand, voir d'un grand tout court.
Un pianiste inspiré, complètement dans son monde, habité par sa musique.
C'est un pianiste Israélien de 27 ans qui a appris le piano à ...16 ans.
On l'a vu souvent debout totalement fou au dessus de son piano.
La formation de base est un trio: piano, Basse, batterie comme on les aime, et celle ci est d'un bon niveau.
Le saxophoniste Rick Margitza les a rejoint rapidement mais il a mis un peu de temps avant d'être dans le coup.
Le garçon est peu bavard, on n'a pas eu le droit de savoir quels étaient les différents compositeurs, c'est en lisant ce qu'il écrit sur son dernier album que l'on a une partie de la réponse
" La musique n'a pas besoin de mots pour être présentée ou décrite"
" J'ai toujours préféré penser que la musique parlait d'elle-même. Elle
n'avait pas besoin de moi pour la justifier ou l'expliquer"

Voici une reprise de Bjork : Army of me

JazzMarc et François JazzBof

samedi 21 mars 2009

Nguyen le : Tribute to hendrix : A Vaulx Jazz

Bel hommage rendu a Jimy "notre père à tous" dixit NGUYEN LE ce jeudi soir 19 mars à Avaulxjazz.
Intro avec 1983 puis Are you experienced. Arrangements originaux, beaucoup d'ambiance, une rythmique sortie de l'enfer avec un batteur (Francis Lassus) qui joue parfois debout rassemblant ses 2 baguettes dans la main pour frapper encore plus fort, un bassiste (Linley Marthe) omniprésent et cogneur lui aussi, 2 belles bêtes de scène. La chanteuse (Cathy Renoir) en revanche....danse bien.
If 6 was 9 "le monde marche un peu sur la tête en ce moment" .Nguyen aussi bien encadré se laisse aller avec virtuosité dans les pas d'Hendrix, nous avons quand même là un bien beau guitariste français (si, si).Superbe Purple Haze puis le brouillard s'est levé pour un retour aux sources " back in Africa" avec sans doute le meilleur morceau : Voodoo Child. Pas de rappel, on revient pas d'un tel voyage.
Les Jazzbofs étaient accompagnés des JazzBof-Fistons qui leur ont remis les pieds sur terre à la sortie, trouvant que le son de la guitare n'était pas assez crade, trop d'effets....
Bon allez, ils avaient un peu raison.Un peu.
JC JazzBof
C'est pas la même équipe mais c'était un peu ça :

Avishia Cohen : l'oriental à A Vaulx Jazz

Mercredi 18, sacrée soirée,
La première partie a été, pour moi proche de la torture, les diaboliques, elles portent bien leur nom, 3 nanas piano, chant, basse une musique et des paroles sans queue ni tête, de la musique contemporaine ?...à oublier
...on dit qu'il faut souffrir pour apprécier son bonheur,alors c'est bon le plaisir était à la hauteur.
Avishia s'est produit dans une formation très jazz "oriental" très métissé, son pianiste habituel Shai Maestro, lui il est top, une chanteuse un mec au percussion et un joueur d'Oud une sorte de guitare sortie du folklore arabe.
Avishia chante lui aussi, en hébreux, en anglais, en espagnol
Pour le répertoire il nous a essentiellement présenté son futur nouvel album "Aurora", ou il puise son influence sur le folklore hébraïque et arabo-andalouse.
Une excellente soirée de découverte et de voyage...
et puis c'est la fin ...retour dans le monde réel ... merde c'est la crise.
Jazz Marc
Ah oui pour le rappel ils nous ont comblé avec " remembering" aller on s'en met une petite goutte.

Le dernier album Aurora est à l'écoute dans son intégralité ici
musicme

mardi 17 mars 2009

Trotignon: En résidence à l'Amphi Jazz

Le mercredi 11 mars en quintet vu par François JazzBof
Les amateurs étaient nombreux :
à 20h15, c'était déjà plein ! Les musicos arrivent à 45, en trio : Bramerie à
la basse,Agulhon à la batterie et Baptiste au piano. Déjà ça part très fort avec
les morceaux en trio du dernier CD, "Share" (excellent au demeurant).
Ensuite entre Mark Turner au sax ténor, et ils jouent en quartet. Très bon. Et
puis, le clou du spectacle : un type grand, voûté,la tête du capitaine Cook des
boites de foie de morue (cheveux et barbe argentés), tout tremblant. C'est le
trompettiste, Tom Harrel, qui ne jouera que du bugle (la trompette posée à ses
pieds est purement décorative).Il parait que depuis 1967 il est sous médocs
après plusieurs déprimes (il a été déclaré schizophrène).A côté, Chet Baker a
l'air frais. Eh bien , ça ne va pas l'empêcher d'assurer ! En particulier sur un
morceau intitulé Blue où ils ne sont que deux, piano et lui.Bref ! Un concert de
haute tenue et pas du tout roboratif . On en a redemandé, ils ont fait un rappel
(un standard).C'était pas chez Lorette, mais c'était chouette !
Le vendredi 13 en duo vu par JazzMarc
Trotignon au piano et Rick Margitza au saxo et clarinette, j'ai été très impressionné par la virtuosité des musicos sur des morceaux qui restent très mélodieux.Le répertoire: des thèmes de Trotignon superbes, une oeuvre de Gabriele Fauré reprise en jazz sympa, un "Cry me a river" pour les standards et des compositions de Margitza qui m'ont semblé moins convaincantes voir un peu chiantes.

dimanche 15 mars 2009

Bashung : Roulette Russe

Voici l'album que je préfère de Baschung, c'est d'ailleurs son premier, et je l'avais vu sur scène alors qu'il présentait cet album au Printemps de Bourges en 1980.( 50 ans je vous dis)... un très bon souvenir
Il faut passer Gaby,Gaby qu'on a trop entendu, et après que du bon une ambiance extra sur "station service", "bijou, bijou" ou "toujours sur la ligne blanche"...d'aucun dirait une ambiance blues.
La vie aussi est une roulette russe

Jean-Marock

dimanche 1 mars 2009

Erik Truffaz & Sly Johnson: Au Ninkasi


Vendredi 27 Février,
ça faisait pas mal de temps que nous n'avions pas vu Truffaz, la dernière fois c'était au fort de Francheville pour la présentation du superbe album "The walk of the giant turtle" c'était plutôt Jazz-Rock,
Cette fois avec Sly Johnson, c'est un autre univers même si on reconnait toujours la patte du maître, on était bien dans l'électrojazz.
Sly Johson est multi-instrumentiste...avec sa voix, il fait tout: les percussions, la basse et même le son du DJ qui scratch, étonnant.
Le résultat des super moments de jazz, des solos de trompette fantastiques, avec l'appui du batteur Lyonnais Philippe Garcia ça frappait fort et sa donnait la pêche.

Voici un petit aperçu proposé par JC Jazzbof de la reprise qu'ils font sur scène.


JazzMarc

lundi 16 février 2009

Tom Baxter: Skybound

Il en est à son deuxième album, je l'ai découvert depuis peu sur un autre blog , et ça rentre bien, et l'album complet à l'air assez bon il est à l'écoute dans son intégralité sur JWA et Deezer. Aller il me fait penser un peu à Jeff Buckley...


Caramba Encorrre raté pour le les coup de coeur 2008.
Jean-Marock

mercredi 4 février 2009

One Shot Not: Manu Katché la Télé au top

Voici le lien pour pour voir et surtout écouter la dernière émission du 31 janvier celle du mois dernier était déjà superbe celle ci est assez exceptionnelle avec Keziah Jones, Katie Melua,Pascale Picard et surtout Marcus Miller époustouflant

http://www.arte.tv/fr/2276450.html

Proposé par JCJazzbof

dimanche 1 février 2009

Rachael Yamagata

Découverte au hasard d'une navigation sur le net, sur mer calme
chanteuse et pianiste américaine. Elle est à son 2 eme album.
L'extrait est un duo avec Ray Lamontagne.


Et celui là c'est juste bon...toi écouter!

Jean-Marc

"Nous y sommes" Fred Vargas

Une petite musique qui fait son chemin, alors quand c'est bien écrit, c'est la musique des mots :
"Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure,
nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air,
nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines,
nous avons mangé des fraises du bout monde,
nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits,
nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche,
nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones,
franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés.
Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

Certes. Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.
C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissé jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.
D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore."

FRED VARGAS
Archéologue et écrivaine

dimanche 18 janvier 2009

Les bests de 2008

1ère Playlist
1 Jean-Christophe
2 Laurent
3 Gregory
4 Yann


2eme playlist
1 Henri
2 Beatrice
3 Vincent
4 Jean-Marc
5 Manu

3eme Playlist
1 Yann
2 François

Découvrez TV on the Radio!

Julien
Nick Cave & The Bad Seeds - More News From Nowhere

Philippe
Freyja
http://www.freyja.com.au/

Année 2008: Spéciale Album Posthume

Magnifique soirée,
Le thème de l'album posthume n'a été respecté quelques fois que de loin, voir de très loin
Des moments forts (pour moi) :
Claire et Guy nous ont fait le plaisir de quelques morceaux « live »
L'écoute attentive d'un extrait de l'album posthume de l'année « Leucocythe »
Un petit nouveau, et des absents qui ont bien participé quand même.
La 15 ème édition est un bon cru voici la synthèse:
Jean-Marc

JEAN-CHRISTOPHE


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

The Cure

DREAM

2eme coup de coeur 2008

SMV(S.Clarke,M.Miller,VWooten)

Thunder

best 2008 1er

Avishia COHEN

Gently disturbed

L'album posthume

Chet Baker

Let's get lost

MANU


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Dr.John

City that care forgot

2eme coup de coeur 2008

SMV(S.Clarke,M.Miller,VWooten)

Thunder

Best 2008 2 ème

Miorarty

Gee whiz but this is a lonesome ...

L'album posthume

Rick Wright (Pink Floyd)

Mor(e) (t

VINCENT


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur

Eric Watson

Silent Heart

2eme coup de coeur 2008



Best 2008 2 ème

Alain BASHUNG

Bleu pétrole

L'album posthume

Eddy Louis

Nards

JEAN-MARC


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Alanis Morissette

Flavors of entanglement

2eme coup de coeur 2008

Christophe

Aimer ce que nous sommes

best 2008 3ème

E.S.T

Leucocythe

L'album posthume

Elliott Smith

From a basement on the hill

FRANCOIS


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

SMV(S.Clarke,M.Miller,VWooten)

Thunder

2eme coup de coeur 2008

Grayson Capps

Rott 'n Roll

best 2008

Jeff Beck

Live at Ronnie Scott's

L'album posthume

Ruts

Criminal minds

BEA & DANAE


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Dyonisos

La mécanique du coeur

2eme coup de coeur 2008

Joe Jackson

Rain

best 2008

The do

A mouthful

L'album posthume



GREGORY


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Zita Swoon

Big Blueville

2eme coup de coeur 2008

Bon Iver

For Emma forever ago

Coup de coeur 2008 Igor

The last Shadow puppets

The age of the understatement

best 2008

Rodriguez

Cold fact

L'album posthume

Curtis Mayfield

Live

LAURENT


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Grace Jones

Hurricane

2eme coup de coeur 2008

The black Keys

Attack and release

best 2008

Gutter Twins

Saturnalia

L'album posthume

Franck Zappa

Them or us

HENRI


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Nina Agossi

Simple things ?

2eme coup de coeur 2008

Emiliana Torrini

Me and Armini

best 2008

Everlast

Love war and the ghost of Whitey..

L'album posthume

Patti Smith

Easter

Participants de loin

YANN from Paris


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Primal Scream

Beautiful Future

2eme coup de coeur 2008

Ladytron

Velocifero

best 2008

TV on the radio

Dear science

L'album posthume

Joy Division

Closer

JULIEN From Melbourne


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Flaye Blais

Two Pieces

2eme coup de coeur 2008

The Saboteurs (Raconteurs)

Consolers of the lonely

best 2008

Nick Cave

Dig, Lazarus, dig!!!

L'album posthume

Ry Cooder

It's all over Now

PHILLIPE from pas trop loin


GROUPE

TITRE DE L'ALBUM

1er coup de coeur 2008

Benjamin Siksou

Beat it

2eme coup de coeur 2008

Ayo

Gravity

best 2008

Freyja

This Girl

L'album posthume

INXS

Kick

z