Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


samedi 23 décembre 2017

Paris sera toujours Paris: Gibert Joseph et Samy Thiebault

 Encore une occasion de vérifier le pouvoir d'attraction de la planète jazz parisienne. Je lisais il y a un mois Jazz Magazine numéro 700 et à la page 108, la célèbre revue recommandait le passage au rayon import de Gibert Joseph du quartier latin. Qu'à cela ne tienne ! J'étais à Paris ce mardi 12 décembre.

Direction le 34 du boulevard St Michel, au sous-sol. Et là ,c'est la caverne d'Ali Baba. Chaque artiste a droit à un ensemble de CD proprement hallucinant. En particulier des imports japonais. Impossible de ne pas craquer (j'ai trouvé sous le label Hi Hat trois perles - deux Tony Williams, conseillés d'ailleurs par Jazzmag, et un Oscar Peterson live ).Et si je n'avais pas été accompagné, j'y aurais passé l'après-midi.


  Ensuite, soirée rue des Lombards avec apéro sur la terrasse chauffée du Sunset/Sunside, puis concert du saxophoniste Samy Thiebault au Duc des Lombards (qui nous interprète en quintet et même sextet son dernier opus,  Carribbean Stories). Si les deux concerts ne s'étaient pas chevauchés, j'aurais pu écouter Christophe Wallemme au Sunset en sortant.

Vous me direz qu'à Lyon, on n'a pas à se plaindre, entre l'Amphi et les petits clubs. C'est ce qu'on a dit à un type de La Rochelle qui déplorait les carences jazzistiques des Charentes.
On a aussi un Gibert Joseph, même s'il est moins fourni en imports que celui de Paris (ah, le plaisir de chiner).
Mais enfin, y'a pas à dire: Paris sera toujours Paris.

                                             François Jazzbôf

mardi 5 décembre 2017

BABX Cristal Automatique

De la mélancolie encore !
des mots 
de la poésie
de la musique envoutante

Avec son album "cristal automatique" Babx musicien, compositeur et chanteur nous prend à la gorge avec un art qu'il invente.
Il redonne vie à des poèmes majeurs qu'on avait trop vite vitrifié par dévotion ou crainte de ne pas être à la hauteur.   

Lui il les prend et les interprète avec la musique qui leur colle parfaitement et nous les offre à déguster: Alors on n'a plus qu'à déguster
Baudelaire, Genet, Miron, Tom Waits....
Enjoy!
JazzMarc



"Parfois je m'assois par pitié de moi
J'ouvre mes bras à la croix des sommeils
Mon corps est un dernier réseau de tics amoureux
Avec mes doigts à la ficelle des souvenirs perdus
Je n'attends pas demain... je t'attends
Je n'attends pas la fin du monde... je t'attends
Dégagé de la fausse auréole de ma vie". 
Gaston Miron




Blue Polar : Une Trouvaille

C'est un petit bouquiniste situé rue d'Algérie à Lyon, tout près des Terreaux. "Temps Livre", tel est le nom de la boutique. Eté comme hiver, le bouquiniste veille et propose des livres de poche et des BD (beaucoup de comics) dans un espace réduit.
 Et là, je pousse la porte (une fois de plus), dis bonjour, tourne la tête à gauche et mon regard tombe sur un petit bouquin, style série noire, intitulé "Blue Polar". Auteur: collectif. Date d'édition: mai 1999.4e de couv :"ce recueil de nouvelles vous est offert par Blue Note" pour tout achat de 2  CD de sa collection."

  Suit la liste des auteurs des nouvelles en question: Jerome Charyn,Jean-Claude Izzo,Jean-Bernard Pouy, Michel Le Bris,Peter Guralnick, Luc Baranger,James Crumley,Pierre Willi, Hervé Prudon. Super ! J'en connais 6 sur 9, et ce ne sont pas des manches. Je soulève la couverture et regarde le prix inscrit au crayon à papier: 2 euros. Elle est pas belle,la vie ?

  Je paye illico et sors de la boutique.Je lis immédiatement les premiers mots de la première nouvelle. "On l'appelait le Kid, le Kid de Cleveland, parce qu'il n'avait pas grandi dans un cimetière comme nous,qu'il n'avait pas mangé des ordures et pompé ses vitamines à même la terre.Il n'avait pas dix ans qu'il jouait du sax dans l'orchestre de l'église de son père, comme un petit ange noir."
  C'est bien parti. Je sens que je vais me régaler.Il fait gris et froid, c'est l'hiver mais il suffit de se caler au coin de la cheminée pour déguster ce plateau digne d'un écailler de luxe.Y'a des jours comme ça ...

François Jazzbôf
(pour faire écho à l'interview sur Jazz Chorus à propos des liaisons -dangereuses ?- entre jazz et polar).

samedi 25 novembre 2017

Emission "Jazz Chorus" sur Crock Radio 89.5


Tous les mercredis entre 20 heures à 21heures Philippe Simonci anime une émission consacrée au Jazz sur Crock Radio 89,5 station située à Vienne.


Sur la bande FM la reception n'est pas toujours facile depuis Lyon mais vous pouvez vous rattraper sur le Web. http://crockradio.com/?


Crock Radio affiche une vocation: " la musique pas comme les autres"... avec tendance rock affirmée.

Philippe Simonci, lui, avec une grande décontraction défend toutes les semaines la musique qu'il chérit, sa une grande culture Jazzistique et son enthousiasme indéfectible participe à faire de "Jazz Chorus" un moment privilégiée pour ceux qui aime le jazz et son rayonnement dans la région. 

Votre serviteur y a été invité le 22 novembre pour parler de l'expérience de chroniqueur de jazz évoquer ce blog et mes goûts musicaux du moment.
Vous pouvez la réécouter ici : Jazz Chorus - Emission 10 du 22 11 2017


J'ai réussi à placer : Neil Young, Marcus Malte, Esbjorn Svensson, Jean Kapsa ..et pas mal d'autres de mes compagnons de musiques.

 JaZZmarc




     

dimanche 5 novembre 2017

Macha Gharibian Jazz au carrés

Le Vendredi 3 novembre à Annecy

C'est sur le haut plateau Arménien, que démarre le concert; le flutiste Tosha Vukmirovic nous y accompagne avec son Kaval, instrument traditionnel des Balkans; il nous transporte sans somation vers ce pays fantasmé entre folklore et onirisme, il est  rejoint rapidement par les autres membres du quintet tous décidés à nous faire planer béatement.      

C'est donc la bouche ouverte que nous accueillons le groupe qu'à réuni autour d'elle Macha Gahribian, pour ce concert à Annecy dans le cadre du festival  "Jazz au carré".
La jeune pianiste, chanteuse et compositrice prouve tout l'étendu de son talent, dans cette formule en quintet où elle laisse de vastes espaces instrumentaux teintés d'improvisations.

Après "Marmashen" un instrumentale issu du folklore Arménien... La voix!
Sur le son cristallin de son "Steinway & Sons" Macha pose sa voix ample et forte  "I Who Have Nothing" le voyage ne fait que commencer.
Le style de son jeu au piano est souvent percussif,  elle est soutenu dans cette effort par une pointure à la batterie Dré Pallemaerts.
Tous les musiciens sont présents aussi sur l'album y compris le guitariste David Pothaux-Razel qui balance ses riffs atmosphériques sans économie de grimaces explicites participant ainsi à sa façon au spectacle.  
Les morceaux instrumentaux ou chantés se succèdent, ils sont essentiellement tirés du deuxième album  "Trans Extended" sorti l'année dernière.
J'ai un petit faible pour les chants en arménien comme "Anoushes" une mélopée envoutante; alors même si nous ne comprenons pas forcément les paroles elle nous emplie de mélancolie bienfaisante.  "La mélancolie c'est le bonheur d'être triste"  disait Hugo (Victor de son prénom) alors profitons!

Délicatesse,volupté et légèreté sont les sensations qui me restent du concert, quand la plupart des groupes proposent des prestations sur scène plus énergiques que leurs enregistrements en studio,  Macha Gharibian, elle, invite son public à un voyage paisible et plein d'harmonie après quoi on se sentirait meilleur.
Quel ambition!
JazzMarc
    
Macha Gharibian Piano/voix ; Théo Girard Contrebasse ; Dré Pallemaerts Batterie ; David Pothaux-Razel  Guitare ; Tosha Vukmirovic Clarinette/Kaval

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine








vendredi 20 octobre 2017

Gong au Ninkao le 19 octobre 2017, le concert de l'année ?



Le Ninkao le 19 octobre 2017.

Le concert qui bouscule, l'originalité psychédélique dans les sons et les projections d'images , les mélodies hypnotiques, une patate pas possible et une joie de vivre communicative, voilà tout ce que contenait cette soirée du 19 octobre au Ninkao.


Daevid Allen est mort en 2015, mais Gong fête cette année son cinquantième anniversaire avec une toute nouvelle formation : Fabio Golfetti à la guitare, Ian East à la flûte et au saxophone, Dave Sturt à la basse , Orlando Alen à la batterie et surtout un vrai leader, Kavus Torabi à la guitare.

Frisé comme un Hendrix blanc, facétieux, déjingandé, convivial, Kavus est LE chainon manquant à la saga Gong.


Et la salle ne s'y est pas trompée, peuplée certes de quinqua et de sexagénaires,mais aussi de jeunes qui dansent sur cette musique incroyable qui décoiffe,c'est le moins qu'on puisse dire.

Leur dernier disque s'intitule "Rejoice ! I'm dead".C'est dire ...


                       François Psychedelic Jazzbôf




Tom Petty: Il ne fera plus chavirer les coeurs


3 octobre 2017: il pleut sur la ville. Hier, Tom Petty s'est éteint à l'âge de 66 ans. Crise cardiaque. L'hecatombe continue dans le monde de nos musicos favoris.

C'était mon ami Christian, le guitariste,qui me l'avait fait découvrir en 1979.Pourtant,curieusement,j'ai attendu 1985 pour acheter mon premier vinyle de Tom Petty "Pack up the plantation", un live qui rassemblait ses meilleurs titres.

Tom Petty et ses heartbreakers venaient de Floride. Ils faisaient partie de ces groupes du sud qui vous pondent un morceau de bravoure chaque année. Le genre de zique qui vous redonne la pêche quand vous avez le blues.

Moi, j'avais un faible pour "Runnin' down a dream" et "Into the great wide open".


Mais je conclurai cet épitaphe par un vers d'un de ses plus grands succès ,"Free falling" ,qui résume bien le bonhomme:


I'm a bad boy for breakin' her heart







Aujourd'hui c'est à nous que tu brises le coeur ...
                                                     François Jazzbôf

Good Time: une B.O. envahissante ?





Le film "Good time" des frères Safdie se distingue par bien des références positives:un vrai scénario de film noir (entre Goodis et Chester Himes), New-York comme lieu de l'action (on pense à Scorcese), des éclairages violents de néons rouges,verts ou bleus ( un peu à la Winding Refn),des gros plans multiples (à la Leone) et une camera souvent portée à l'épaule qui donne du mouvement au film.



 Un regret cependant: la musique électro de Oneohtrix Point Never, redondante et parfois même bruyante. On se prend à regretter le rock des Stones dans "Mean Streets", d'autant que le  morceau final (excellent) est chanté par Iggy.


Heureusement ! C'est Pattinson qui joue à merveille le rôle principal: rien que pour lui, on peut craquer ...

                                        François Jazzbôf









mardi 1 août 2017

Macha Gharibian au Albertville Jazz Festival

Le Samedi 29 Albertville Jazz Festival

Vous êtes en vacances ? le jazz vous suit !
Après une bonne journée de randonnée dans le Beaufortain le AlbertVille Jazz Festival nous donne l’opportunité de passer la soirée en compagnie de quelques pointures du jazz international.

Ce festival existe depuis 3 ans, il est passé de 3 à 5 jours cette année, et le programmateur et jazzman Nicolas Folmer nous a bien gâté pour cette édition.


La soirée du samedi commence sur la scène gratuite du jardin , excusez du peu, avec une de nos chouchous Macha Gharibian qui se présente ici dans une formule en duo avec seulement son contrebassiste Matyas Szandai.
La jeune pianiste et chanteuse d'origine arménienne a sorti son deuxième très bel album "Trans Extended" fin 2016; en studio elle est particulièrement entourée en quintet ou sextet.
Ce soir elle nous livre la version épurée de quelques uns des morceaux de l'album, où ne garde que l'essentiel de sa singularité: son histoire bercée par le folklore arménien, une voix ample propice aux mélopées, et un touché de piano percussif dont les notes sont autant de perles cristallines aux senteurs orientales.  Les compositions chantées comme "I Who Have Nothing" gagnent en ampleur sur scène, les instrumentaux eux sont centrés sur le piano pendant lesquels l'artiste laisse aller sa créativité.
Cette musique plutôt intimiste se prêterait plus volontiers à l'ambiance feutrée des club, pour autant le silence de la ville d'Albertville est de qualité,  Macha en a pris certainement possession pour quelques instants.
 On entendra aussi des chansons traditionnelles arméniennes en version personnalisées comme "Saskatchewan" on s'y croirait alors que nous sommes au pied des massifs alpins.
J'ai retenu aussi le très beau "Byzance" extrait de son premier album "Mars".

Elles sera le 3 novembre à Annecy avant le New Morning de Paris alors foncez!

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine




Erik Truffaz au Albertville Jazz Festival


Sous le chapiteau de 1200 places c'est Erik Truffaz qui intervient en voisin à l'entame de la  programmation de prestige.

Il est un peu chez lui ici, d'ailleurs il nous présente ses parents qui sont au premiers rangs.
Concernant le volet artistique de sa prestation, il est ce soir avec son quartet habituel Marcello Giuliani  à la basse et Benoît Corboz aux claviers, Yoann Serra ayant lui  rejoint le groupe à la batterie.


N'ayant pas d'actualité de sorti d'album récent mais disposant d'un énorme répertoire, le trompettiste  va picorer dans sa discographie pour établir sa setlist du soir. "African Mist" et "Istambul Tango" de l'album "el tiempo de la revolucion", "mechanic cosmetic"  de l'album "in Between" et même 
"the walk of the giant turtle" titre et album de 2003.
Ce vagabondage discographique fait un bien fou aux aficionados, les autres diront que cette musiques inclassable entre jazz, rock et musique atmosphérique manquait d'émotion et de chaleur.

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 

JaZZmarc

Roberto Fonseca au AlbertVille Jazz Festival

Avec Roberto Fonseca c'est le choc des cultures, après la musique un tantinet froide d'Erik Trufazz le bouillonnant  pianiste cubain affiche la température : Calienté, Calienté.

C'est une armada de 7 musiciens  qui l'accompagne qu'il dirige avec maestria,
tous en costumes trois pièces et nœuds pap  on les croirait directement sortie de l'école hôtelière, mais ce qu'ils nous servent mama mia ça chaloupe et ça danse.

Les percussions et les cuivres qui définissent  le jazz latin  sont et bien là, et Roberto sait parfaitement bien faire monter la mayonnaise vers de grands moments d'emphase.

J'ai pour ma part préféré la première partie du spectacle pendant laquelle les compositions de Fonseca sont plus mises en valeurs, des morceaux même plus lents nous ont fait chavirer.

La deuxième partie est elle destinée à faire danser tout le monde en mélangeant les chansons traditionnelles et les compositions: Mambo, salsa, Cha-cha-cha
et ça fonctionne furieusement.

C'est ça aussi les vacances !
JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine

La bande-son du film "Baby driver"

Au début j'ai eu peur de m'être trompé de type de film: bande annonce diffusée en boucle dans le métro, public d'ado- et d'adu-lescents, début de film ultra-classique (le chauffeur qui attend les braqueurs dans sa voiture garée devant la banque ). Et puis ... Je me rends compte que l'action se déroule sur un air de rythm'n blues,sans paroles.
Car le héros du film,"Baby"(Ansel Elgort, remarquable), est un garçon d'une vingtaine d'années affligé d'un acouphène permanent suite à un accident automobile dans lequel ses parents ont perdu la vie. Et pour le supporter, il écoute en permanence ses morceaux préférés.C'est là qu'est tout l'intérêt du film: Baby a besoin de la musique pour vivre. Il fait tout en rythme:conduire,mettre la table,préparer le breakfast, aller au fast food. Je vous laisse imaginer toute la musique qu'on peut entendre dans le film.D'autant que le tuteur de Baby est muet et parle avec lui la langue des signes.Or c'est un vieux noir qui possède une discothèque d'enfer que l'on entend partiellement dans le film.

 La trame du film est simple: Baby est exploité par un sinistre chef de bande (l'excellent Kevin Spacey) mais trouve l'amour( Debora, alias Lily James) et veut décrocher. Ce qui s'avère impossible.Il se trouve alors confronté à la brutalité de ses acolytes et obligé de protéger sa petite amie.Rien de bien nouveau,si ce n'est la BANDE SON: Dave Brubeck ("Unsquare dance"), les Damned ("Neat,Neat,Neat"), T.Rex ("Debora", prénom de la jeune fille dont s'est emmouraché le héros), Alexis Korner ("Early in the morning"), Martha & the Vandellas etc.

 Avec une mention spéciale pour le groupe Focus ("Hocus Pocus"), pour Queen et son "Brighton rock" et pour Simon et Garfunkel dont le titre"Baby driver" a inspiré celui du film.Bref ! On se régale au niveau musical. Notre héros enregistre aussi des conversations sur son dictaphone dont il tire des raps qui jouent un rôle important dans le film.Si l'on ajoute les belles bagnoles,les courses infernales, les caricatures de gangsters incarnées par Jamie Foxx et Jon Bernthal, on ne s'ennuie pas !

 Une bonne surprise en fait,et qui a l'air de marcher: ayant acquis la B.O. du film à la FNAC, je me suis fait hêler par des jeunes à une terrasse de café qui pointaient le ciel de l'index en criant "Baby driver"!
                        François Jazzbôf

Festival des enfants du jazz à Barcelonnette

Quelle bonne surprise de découvrir sur la scène du festival des enfants du jazz à Barcelonnette un directeur artistique que nous avions rencontré à Marciac à l'époque où il faisait tourner Jazz à Vienne ! Je veux parler bien sûr de Stéphane Kochoyan, nous présentant trois soirs de suite un programme éclectique (c'est le moins qu'on puisse dire): De Luxe , Yuri Buenaventura et Zucchero.

Sûr que c'est pas du jazz pour les amateurs de la Moutin Factory ! Peut-être même pas du jazz du tout pour certains. Et pourtant ...

Le festival de Barcelonnette, qui en est cette année à sa 23e édition, renouvelle intelligemment le concept de festival musical, en offrant à des jeunes venus de la France entière deux semaines de stage. Ils ont entre 12 et 18 ans et consacrent leurs matinées à la pratique de l'instrument qu'ils ont choisi et leurs après-midi à des répétitions par groupes de standards du jazz. Régulièrement, ils viennent se produire sur la scène baptisée Marcus Miller montée sur la place principale de la petite ville de Haute-Provence.
Et le stage se termine les 3 derniers jours par des master classes avec les artistes invités, qui vont même jusqu'à inviter les plus doués à jouer avec eux sur la grande scène du parc de la Sapinière.

  Le visiteur a donc l'occasion de croiser ces jeunes en ville et de les écouter jouer. C'est ainsi qu'on découvre de jeunes talents dont la dextérité peut surprendre. Bien entendu, tout n'est pas parfait: les fausses notes ou les voix mal posées, ça existe aussi. Mais il est rassurant de voir ces jeunes générations interprétant toute sorte de jazz, de Count Basie à  Stevie Wonder, avec autant de conviction et si peu de moyens (pas de table de mixage, pas de retours). Et quand ils se présentent, c'est uniquement par leurs prénoms. C'est ainsi qu'on remarque le petit Timothée et sa trompette , le grand Enzo et son trombone, l'habile Gabriel à la guitare et la belle voix de Rose (entre autres).Mais je n'ai pas la place de vous donner tous les musiciens en herbe de ce cru 2017.

  L'apothéose du stage, c'est en première partie des 3 spectacles vedettes: nos jazzchildren forment alors soit un brass band qui chauffe le public, soit un big band capable d'avoir un swing d'enfer. Yuri Buenaventura l'a dit lui-même ce vendredi 28 juillet 2017 : ces jeunes,c'est l'avenir de la musique, un espoir de paix dans ce monde si compliqué.

                                            Jazzbôf from Red Cross

PS: Et je ne parle pas du plaisir d'écouter du jazz au milieu des magnifiques montagnes qui entourent Barcelonnette ...

mercredi 26 juillet 2017

Stephano Bollani aux Nuits de Fourvière

Le mardi 18 juillet à l'Odéon des Nuits de Fourvière.

Les nuits de Fourvière programme comme chaque année quelques soirées jazz, aussi nous sautons de Vienne à Lyon avec le même enthousiasme Romain.

Ce soir la soirée "italienne" se rabat sur le petit amphithéâtre de l’Odéon adjacent au grand qui peut accueillir quand même jusqu'à 1200 places contre 4400 pour le grand Théâtre; Stephano Bollani et  Richard Galiano n'ayant pas attirés assez de spectateurs.
On s'en réjouirait presque en constatant la vue plongeante que nous offre cet endroit, une perspective sur Lyon avec au premier plan Stephano Bollani seul au piano qui ouvre cette douce soirée d'été.

Quel ambition et quelle prétention faut il avoir pour imaginer pouvoir captiver l'attention du public pendant une heure et demi seul au piano sur sa seule capacité à refaire vivre la musique qu'il a dans sa tête ou a l'inventer en temps réel le moment venu !
Lui c'est avec beaucoup d'assurance et de décontraction qu'il entre en scène, et à chaque fois que je le vois sur scène je pense a un professeur espiègle qui nous donne la leçon du maestro au piano.
Il commence son set par deux morceaux aux climats très différents mais qui nous transportent tous les deux dans un imaginaire cinématique grand format.       
Ces morceaux n'ont pas de titre, le compositeur un certain Bollani  n'en a pas trouvé nous dit l'interprète avec un humour ravageur. 
Maintenant qu'il a démontré son professionnalisme de compositeur et d'interprète, l'artiste peut alors dérouler avec sa fantaisie habituelle d'autres répertoire du swing à la musique classique en passant par des grand standards du jazz.
Il nous sert notamment un somptueux "Tico Tico No Fuba" un standard de la musique Brésilienne,
qu'il triture dans tous les sens et ravi le public.
Tel un grand show-man qu'il est le voilà qu'il emballe tout le monde en démontrant comment supprimer quelques notes ça et là dans quelques mélodies bien connues.
Le voilà aussi chanteur, plutôt convaincant en italien,  ce n'est pas grave si vous ne comprenez pas les paroles nous dit il: vous comprendrez le sens quand même.   

Richard Galiano le rejoindra pour deux morceaux bien connus de son répertoire : "Waltz for nicky "  et "Tango pour claude " : un grand moment ! 

En fin de concert Stephano Bollani se livre à son exercice préféré et dans lequel il excelle, où il demande au public 10 titres de chansons qu'il va ensuite mélanger avec un brio et un humour toujours déconcertant combinant pour l'occasion "Bella Ciao" à "Stairway to heaven".   
Un artiste complet et sans esbroufe .

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine  



vendredi 14 juillet 2017

Youn Sun Nah à Jazz à Vienne

Le dimanche 9 juillet au Théâtre antique à Jazz à Vienne

Youn Sun Nah est de retour à Vienne,
après une pause de 4 ans pendant laquelle elle est retournée dans son pays d'origine, la Corée du sud, où elle s'est ressourcée nous a t'elle dit;  son retour artistique a pris lui une voie inattendue

C'est aux États-Unis aux contact de Jammie Saft, musicien multi-instrumentiste, compositeur et  producteur qu'elle a retrouvé le chemin des studios pour enregistrer à New-York un album qu'elle nous présente ce soir : "She moves on"

Après deux albums réussis construits en partenariat étroit avec le guitariste suédois Ulf Wakenius, deux albums essentiellement constitués de compositions originales et très créatifs, "She moves on" qui vient de sortir est lui majoritairement un ensemble de reprises de chansons Folk et Rock enregistré avec des musiciens américains.
Présenté comme ça on peut se dire: Un de plus quoi!
Sur scène c'est une autre affaire la voix ample et chaude magnifierait n'importe quelle composition,
alors quand elle reprend " The Dawntreader" de Joni Mitchell pour moi c'est déjà gagné.
J'ai retenu la très belle adaptation de "Drifting"de Jimi Hendrix tout en vocalise et solo de guitare aérienne. Sur l'album c'est le très demandé Marc Ribot qui assure les partitions de guitare sur 5 morceaux  mais qui ne suit pas sur la tournée, trop demandé je vous dis, il laisse la place à Clifton Hyde qui fait bien le job quand même.
Pour la chanson du folklore traditionnelle américaine "Black is the color of my true love's hair" les accompagnements sont épurés seulement la voix et très peu de chose autour. Youn Sun Nah nous dit que c'est la version de Nina Simone qui l'a inspirée et c'est très réussi.
D'autres morceaux m'en semblait cependant un peu vides, même avec tous les efforts de la chanteuse je m'y suis ennuyé je pense à " She moves" de Paul Simon ou "A sailor life" un interminable Folksong anglais.

Une grande chanteuse qui se remet en question c'est bien normal et salutaire,
espérons qu'elle gardera sa singularité et peut être trouvera t'elle un nouveau Pygmalion.

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine  


Juan Rozoff à Jazz à Vienne

Le samedi 8 juillet au Théâtre antique à Jazz à Vienne

36°C mesurés et 150°C ressentis ( oui aucune objectivité n'est requise à JRA.com);
la canicule est tombée sur le théâtre antique alors que la soirée Funk s'annonce et ne manquera pas de mettre le feu: Caramba Que calor !

Samedi soir oblige, l'amphi théâtre est plein comme un œuf d'autant plus que cette soirée "hommage à Prince" est assez fédératrice même si notre homme n'est jamais venu Vienne.
Et ça commence par Juan Rozoff surnommé le petit Prince Français.

...euh désolé mais je n'en avais jamais entendu parler, il faut dire que le Monsieur mène une carrière discrète il a 51 ans et 3 albums à son actif en 25 ans de carrière on peut parler ici d'une pression artistique ...légère !


- Costume léopard
- le groove du Prince
- la voix nasillarde du  kid de Minneapolis
- l'entrée à l'américaine pour faire monter la sauce doucement
- et même le chauffeur de salle est là ( ça y est ça leur reprend: faites du bruit !)
L'illusion est éphémère mais le groove efficace.
Le groupe est cohérent, les morceaux sont tantôt en anglais tantôt en français, des compositions et de reprise du prince; il osera même" Girls and boys" l'insolent.
L'exercice pourrait tourner à la pâle copie s'il n'y avait pas l'humour et le second degré en effet Juan Rozoff tout en prouvant son professionnalisme garde beaucoup de recule sur sa performance.
Il est le plus authentique quand il chante en français sur un bon groove une chanson comme: " J'ai envie de te ..."
On peut regretter qu'il ne soit pas plus connu comme d'autres groupes français de la même génération et sur le même registre qui ont eu une notoriété fugitive comme par exemple "Peter and the electro Kitsch band" qui avait même enregistré à 20 ans dans les studios de Prince son album en 92 avec le tube très passager " Dad laisse moi conduire la Cad". 

Juan Rozoff a proposé un bel hommage à Prince depuis la culture française,  avec beaucoup efficacité et de sincérité.
Le public l'a bien compris et lui, a bien montré qu'il était aux anges d'être sur cette scène: "51 ans que j'attends ça!" 
 Merci Jazz à Vienne!       

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine   



  

Festen à Cybèle

Le Mercredi 5 juillet sur la scène de Cybèle à Jazz à Vienne

Les 4 musiciens de Festen sont pour la première fois à Jazz à Vienne pour délivrer leur jazz nerveux. Tels les "men in black" tout de noir vêtus ils entament leur concert avec "Day one" le premier morceau de leur 4ème album "Mad System" une reprise d'un thème de Hans Zimmer pour la BO de Interstellar.

Le cadre est posé c'est une musique plein d'énergie dont Maxime Fleau à la batterie est le principal pourvoyeur; son enthousiasme est communicatif et ses duos avec Jean Kapsa au piano ou Damien Fleau au saxophone se révèlent complètement jouissifs.
Le 4ème homme à la basse Olivier Degabriele complète l'ossature rythmique et renforce l'influence rock.
Une musique très cinématique annonce Damien Fléau; ils avaient déjà repris des thèmes de BO dans le précédents albums notamment le très réussi "In motion" la BO de Social Network de Trent Reznor.
La tendance se confirme ce soir avec des thèmes de la BO de "Il était une fois l'Amérique" d'Enio Morricone  et un premier morceau de leur futur album qui sortira en Mai "Spartacus" qui sera organisé autour de la filmographie de Stanley Kubrick : Ambitieux non?

Ce groupe possède une vrai singularité dans leur équilibre Jazz et rock , reprises et compositions , énergie et recul créatif.

Nous espérons les revoir très vite  dans le clubs de la région.

JaZZmarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine   



 

Anne Sila à Jazz à Vienne

Le mardi 4 Juillet au théâtre antique de Vienne.

Enfin une scène à sa mesure ! j'écrivais en décembre 2014 que la scène de la Clef de Voute était un peu étriquée pour elle,  et en 2017 Anne Sila est sur la grande scène du théatre antique de Vienne.

Un peu de chemin a été parcouru depuis, sa participation à The Voice y est pour beaucoup, mais le talent devait éclore tôt ou tard.

Il y a quelques années le trio Magnétic Orchestra invitait Anne Sila , aujourd'hui c'est bien elle qui les embarque sur une scène majeures du jazz en France.
Et alors...? et alors ...?
Alors elle assure grave et elle en a encore sous ses talons.
Ces trois quart d'heures de show sont passé comme une flèche:
- Quelques standards de jazz américains ponctués de scat;
- Une délicieuse version de "demain dès l'aube" qui commence a cappella et progresse par des variantes inattendues : Un grand moment;
- L'incontournable et magnifique " Tends moi les bras"
- "l'hymne à l'amour"  en version anglaise
..et puis c'est déjà fini Snif.
 
Effectivement elle en a encore sous les talons, j'aimerais notamment bien l'écouter chanter son album jazz en hommage à Barbara de 2011 que l'on a peu vu sur scène. 
 Nous espérons qu'elle n’abandonne pas le jazz qu'elle reste humble et qu'elle se présente encore sur les scènes de la région.

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine   




Yaron Herman Trio à Vienne

Le mardi 4 juillet à Jazz à Vienne

Décidément il y a des journées où la succession de moments de joie font qu'au final, si on osait, on pourrait parler de pur bonheur !

Le soleil se coucherait doucement derrière la scène de Vienne les pierres du théâtre antique seraient encore bien chaudes,Yaron Herman ce jeune pianiste Franco-Israélien entamerait alors son concert par une douce introduction aérienne pour une mise en bouche délicate avant de dérouler avec son trio ses dernières pépites.
Pince moi pour voir !
En effet Yaron Herman présente ce soir essentiellement les titres de son dernier Album "Y" son deuxième chez " Blue Note Record ". Il reconduit surtout dans cet enregistrement son duo hyper-créatif avec le batteur Ziv Ravitz déjà présent dans le très réussi " Everyday" sorti en 2015.
Ces deux là forment un projet à eux deux, quand ils sont ensembles ils sont comme en fusion totale, un peu comme le sont Brad  Mehldau et Mark Guiliana  qui ont nommé leur duo  du même genre "Mehliana" illustrant ainsi leur fusion.

Bastien Burger complète le trio à la basse , mais aussi au clavier électronique et aux chants, c'est lui qui assure les parties chantées par Mathieu Chédid et Hugh Coltman dans l'album en les reprenant à son compte avec beaucoup d'originalité.

Curieusement c'est la première fois que Yaron Herman est présent à Jazz à Vienne alors que c'est un habitué de Marciac, l'année dernière son concert là bas avait été largement vampirisé par Mathieu Chédid qu'il avait invité, me laissant totalement sur ma faim.
Ce soir c'est la revanche! le vrai Yaron Herman est sur scène délivrant un pur jazz plein de fantaisie , d'improvisation et d'électronique: Un jazz des temps modernes.
"Legs to run" est un morceau electro-acoustique étalon me semble t'il fait de boucles qui s’emballent  propice à des envolées improvisées.

Une heure c'est court pour cet artiste créatif, lumineux et sans concession;
la lumière du jour est encore présente quand il sort de scène ...
 mais il y a encore deux concerts à venir et quels concerts! qui viendront compléter la sensation du jour: Happy !

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine   


jeudi 22 juin 2017

Fête de la musique ? Non ! Fête du bruit

21 juin 2017 à Lyon

Fête de la musique. Exceptionnellement, je fais une sortie sur mon quartier, la Croix-Rousse. Déception. Les musiques proposées ne sont pas toutes de qualité: pour certains bars, un type devant sa sono qui reprend en play-back quelques tubes, c'est de la musique !

Autour de la place de la Croix-Rousse, trois batucadas (pas moins) font trembler les murs dans un périmètre de 200 mètres de côté. Je redescends le boulevard: voilà deux orchestres de rock qui empiètent l'un sur l'autre, séparés par un DJ qui fait tourner ses platines !

Un peu plus bas, au bar des 7 marches, une fille seule avec une guitare met tout son coeur à chanter. Mais elle est bien seule.
Encore plus loin, un autre groupe reprend des succès du répertoire français: "Amsterdam"de Brel," Emmenez-moi" d'Aznavour, etc. Au moins, le public participe.
J'avance encore. Rue Chazière, dans le parc, un chanteur de reggae sur une sono fait danser des badauds. Les basses font vibrer les arbres.

C'est ça, la fête de la musique ? Fête de la cacophonie plutôt. Quand est-ce qu'un vrai mélomane prendra la direction de l'opération, exigera que seuls des musiciens soient autorisés à participer, fixera des distances raisonnables entre les groupes pour qu'on puisse les entendre vraiment ? A qui profite cette anarchie ? Le but est-il de faire entendre de la bonne musique ou de vendre des litres de bière et de coca ?

 J'en ai marre. Je rentre chez moi et je me mets un disque, un vinyle, un bon : Chet Baker "Alone together". Voilà de la musique !

                                        JazzBOF ( je le revendique) from X Rousse

samedi 27 mai 2017

Cyril Mokaïesh et Giovani Mirabassi : Naufragés

L' écorché vif et le jazzman;

Cyril Mokaïesh ce chanteur atypique, accroché au réel, qui chante "utile", toujours prêt à lever le poing (le gauche de préférence)  pour défendre des idées ou luter contre des injustices;
quand il ne brandi pas le drapeau ( rouge plutôt) aime à partager les mots et les mélodies d'autres écorchés de la vie qui sont passés à côtés des spot-lights.

Pour ce projet il a trouver un autre poète, du jazz celui ci, un pianiste subtil et délicat, Giovani Mirabassi, amoureux lui aussi de ces "naufragés" de la chanson  française, artistes "à cœur ouvert"que la vie n'a pas toujours épargné et qui n'ont pas toujours trouvé le succès qu'ils méritaient.     
J'ai découvert cet album sorti en 2015 récemment, et je suis resté un peu coincé quelques temps, à écouter d'abord les textes portés par Mokaïesh comme ses propres bébés, à réécouter ensuite uniquement pour les vagabondages inspirés du pianiste et puis à réécouter encore ...pour rien, juste pour rester en bonne compagnie.
Alors puisque le plaisir est plus grand lorsqu'il est partagé : Voilà je partage avec vous!

Parmi les naufragés retenus on trouve des types que j'adorais déjà:
- Pierre Vassiliu dans un registre qu'on lui connait peu:  "Parler aux anges"
- Mano Solo avec le magnifique : " Les enfants rouges"
"Adieu beauté je saigne encore de ma bêtise
Et j'ai beau essorer mon âme
Qu'il en coule toujours le jus de nos méprises"

- l'émouvant Phillippe Léotard : " Poor lonesone piéton" 

 et d'autres que j'ai découvert
 - Jacques Debroncart : " écoutez, vous ne m'écoutez pas"
"D'abord écoutez moi.
D'après vous, est-ce que c'était mieux avant, il y a trois siècles, ou quatre, quand on savait vivre et se battre ?
Quand on avait pas tué Dieu."

- Bernard Dimet : "Chanson pour terminer"
"...avant d'aller sauter, bon dieu, par ma fenêtre,
pour aller jusqu'au bout des risques du métier"

Cyril Mokaïesha a sorti récemment un nouvel album de compositions cette fois "Clôture", toujours au bord du chaos, il l'a présenté déjà au radiant le 8 avril en petit comité; c'était bon!
vous avez une deuxième chance aux nuits de Fourvière le 25 juillet.

 "...j'ai grave besoin de dessiner un mouton! "  Cyril M.

JazzMarc Maux




Pour l'écouter sur Deezer

http://www.deezer.com/album/11150738?utm_source=deezer&utm_content=album-11150738&utm_term=1812449_1495903261&utm_medium=web



vendredi 26 mai 2017

Pierre de Bethmann à l'amphi ou Clémentine Vacher

Samedi  12 mai à la clef de Voute
et Jeudi 18 mai à l'Amphi Jazz

Le passage de l'excellent Pierre de Bethmann en quartet à l'amphi fut l'occasion hier de faire une comparaison avec un petit club privé local, je veux bien sûr parler de la Clef de Voûte où j'avais passé la soirée de samedi dernier à écouter une chanteuse , locale elle aussi, Clémentine Vacher et son Ella Quintet.


Le répertoire était dans les deux cas constitué de standards. Bien entendu la virtuosité des musiciens faisait pencher la balance du côté de l'amphi.
Mais l'ambiance dans la salle était nettement plus froide sous l'opéra que dans la cave voûtée de la place Chardonnet.
Question de moyenne d'âge du public ? Sans doute.
De chaleur soporifique ? Peut-être aussi.
De cadre ?
Clémentine Vacher
Notre pianiste préféré insista sur l'historicité du lieu pour le jazz ( il est vrai que la première fois que je l'avais vu, c'était en sideman de Stéphane Huchard en 2003, quatorze ans déjà !), il y enregistra une session live de la reformation du groupe mythique Prysm, il y revint en différents équipages (entre autres les frères Moutin) et hier, il rassemblait Sylvain Romano à la contrebasse,Tony Rabeson à la batterie et Mark Turner au sax.
Du beau monde, reprenant entre autres Miles Davis, John Coltrane ou Wayne Shorter ! Mais d'où venait alors cette langueur monotone...

                                                                                        
  Jazzbôf from Red Cros

samedi 6 mai 2017

Stephane Vincenza and Co: Quand on aime, on ne compte pas !

Le samedi 29 avril à la clef de voute

 Retour à la Clef de voûte avec Stephane Vincenza au piano, Cedric Perrot et fils à la ryhmique, Bubu au sax et ce soir (29 avril) Hervé Salamone (ce dernier à la trompette, les autres n'ont pas changé d'instrument) pour réviser nos bases, à savoir Clifford Brown, Nat Aderley et autres.


 A chaque fois l'occasion de redécouvrir un classique. Ce soir, ce sera "Killer Joe" de Benny Golson.

Petite anecdote de Stephane sur ce vieux monsieur du saxo devenu parrain du lieu qui était venu en personne jouer sur place. Concert mémorable que j'avais vécu où les intros de morceaux (où ? quand ? comment? pourquoi? ) étaient quasiment encyclopédiques, Mr Golson étant aussi bavard que bon compositeur. A propos de ce morceau, il avait dit que dans toutes les villes des U.S.A., il y avait toujours un type à la sortie du club de jazz nanti d'une belle bagnole, de beaux costards (comme Fillon) et de nanas superbes et qu'invariablement, il s'appelait Joe. Et le standard en question était absolument réussi, Heliodore (le bassiste de quinze ou seize ans) détenant le secret du swing.

Le Rasteau était bon, la concentration maximale et le moment inoubliable. So long, friends !

                                                     Jazzbôf from les pentes de la Croix-Rousse

Gregory Porter au Radiant

Le  jeudi 27 avril 2017 au radiant 

J'ai pas vu ni entendu sur une scène Marvin Gaye, mais hier Gregory Porter a chanté magnifiquement "what's goin'on".

J'ai pas vu ni entendu les Temptations, mais Gregory a fait une version ravageuse de "Papa was a rollin'stone".


Et ce diable d'homme a aussi ses propres compos comme "Liquid Spirit".

Ambiance club années 70, refrains repris par la foule qui danse.

C'était bon, vraiment bon ! 

T'imagines même pas, mon frère !

 Ah si mon père avait pu voir et entendre Gregory Porter...

                                               François Jazzbôf






lundi 17 avril 2017

China Moses au Docks 40

Le mercredi 12 avril au Dock 40

Au cœur du quartier branché de Confluence un nouveau lieu, branché lui aussi, le Docks 40 accueille ce soir China Moses pour un premier Showcase.

Il faudra compter désormais sur le Docks 40 car tous les mercredis Jazz Radio, qui est partie prenante du lieu, proposera un plateau Jazz.
Mes biens chers Jazz-frères mes biens chères Jazz-sœur, réjouissons-nous tous en cœur !
Oui, souhaitons un grand succès à cette initiative qui nous l’espérons attirera un nouveau public vers la musique que nous chérissons.
Un Showcase, c'est court ! le nombre de musiciens est souvent réduit ! et l'environnement n'est pas toujours facile, en l’occurrence ici l'auditoire mange et bois avec force bruit ! ( oui on est très bien accueillis au Dock 40)

China Moses uniquement accompagnée  par Luigi Grasso au piano, dans un premier temps, telle une Show Woman expérimentée gagne la partie dès le premier morceau  "Running" qui ouvre aussi son dernier album "Nightintales" qu'elle est venue présenter ce soir.
La version Show case de ce morceau Soul très nerveux est ici forcément plus intimiste, mais avec une chanteuse aussi percutante il ne perd pas de son efficacité.

Pour son 6 ème album China Moses n'a retenu que des compositions personnelles;  une suite d'histoires vraies ou fausses; des contes qu'elle semble avoir beaucoup de plaisir à interpréter dans son univers entre soul, jazz et funk  

Luigi Grasso, qui est aussi le directeur musical de ce nouveau projet; à repris son saxophone dès le deuxième morceau pour laisser le piano au légendaire Alain Jean-Marie qui a notamment accompagné longtemps la maman de China : Dee Dee Bridgewater
Du haut de ses 71 printemps, Alain Jean-Marie nous donne une leçon d'agilité même si le piano droit qu'on lui a mis à disposition ce soir  n'était pas au mieux de sa forme lui.
Parmi les histoires fausses, China Moses s'éclate avec légèreté en interprétant un morceau qui pourrait faire partie d'une comédie musicale "Blame Jerry".
J'ai pour ma part été très sensible à une histoire qu'elle semble vraiment avoir vécue, sur le thème de l'état de vulnérabilité que peut engendrer le sentiment amoureux  "Whatever", cette ballade sensible aurait mérité une meilleure qualité d'écoute, mais nous assistions seulement à un Showcase, alors il faudra écouter son album ou la revoir sur scène pour un vrai "concert".
"Showcase must go on" quand même.
 

JaZZmarc
Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 
      

dimanche 19 mars 2017

Julien Bertrand à la clef de voute

Samedi  18 mars.
Samedi soir à la Clef de Voûte Julien Bertrand nous a présenté sa « nouvelle mouche »  "New flight" fraîchement sortie du pavillon de sa trompette, et  ce n’est pas une Tsé Tsé ! c’est une mouche, comme illustrée sur la belle pochette, aux deux réacteurs bien chargés au Hard Bop et Funk , et nous avons volés très haut  avec elle.

Julien Bertrand est un musicien généreux et sympa et il nous a tout donné ce samedi soir avec son nouveau groupe New Fly : Thibaud Saby au piano /Rhodes à la fluidité remarquable, son intro sur "Uncle Chesnut II" nous a littéralement embarqué.
Uncle Chesnut  est le surnom donné par le fils de Julien au contrebassiste Ardéchois  François Gallix, de retour au pays, l’album a été enregistré à Alboussière. Il s’est bien amusé  avec son compère Arthur Declercq à la batterie offrant une rythmique dynamique parfaite à la trompette éclatante (mon oreille droite bourdonne encore) et au bugle bien chaud de Julien Bertrand.

Julien Bertrand écrit pour les gens qu’il aime, « a lilltle one for a little one » pour son fils (dans la salle), « Blues sister »  pour sa sœur. A part un titre du trompettiste Russel Gunn qu’il nous invite à découvrir et qui semble l’inspirer, tous les titres joués sont ses compos et déjà ça c’est remarquable.
A la mi-temps le temps d’une bière ou d’un St Joseph (soirée Ardéchoise oblige) nous retrouvons les musiciens pour échanger quelques mots,  Julien nous confie toute la difficulté qu’ont les artistes comme lui, sans producteur, à vendre leur musique (sans vendre leur âme). Pas encore un festival à l’horizon pour eux cet été, quel dommage. Quand je pense au bonheur et à la fraîcheur qu’apporte cette musique, les nombreux jeunes présents samedi en témoignent ainsi que tous les festivals qui nous accompagnent toute l’année et de partout dans le pays, je ne suis hélas pas étonné de ce constat mais plutôt du désert culturel où nous entraine les programmes de la plupart de nos candidats politiques.

La deuxième mi-temps sera plus Funky et se terminera avec la visite surprise de l’excellent Vincent Perrier au sax tenor (un habitué lui aussi de la Clef de Voûte) sur une compo de Julien Bertrand encore. Quelle belle soirée.
Dans le Chapeau des artistes chacun glisse une pièce ou un billet selon ses moyens, seule rémunération des musiciens. On peut donner un revenu universel ou préférer offrir des costards. C'est selon.
François Gallix  nous rattrape sur les marches au moment de quitter la place Chardonnet pour nous demander notre adresse email afin de nous envoyer ses dates de concerts  dans la région cet été, l’œil plein d’étoiles. C’est aussi  ça le Jazz.
Salut Julien et bon vent.



JCJazzBof

Enregistrement au Domaine "Le Trouillet "

mardi 14 mars 2017

Christophe Monniot Quintet à l'amphi Jazz

Le vendredi 10 mars à L'amphiJazz de Lyon.

Aujourd'hui Pierre Bouteiller est mort, animateur sur France Inter, il a pendant des années partagé avec gourmandise et enthousiasme son amour pour le Jazz.

"Quoi qu'il en soit" aller écouter le quintet de Christophe Moniot ce soir c'est un peu démontrer que "Jazz must go on".

 C'est la deuxième soirée de sa résidence à l'amphi et le saxophoniste a réuni ce soir autour de lui une espèce d'équipe de rêve du jazz moderne français.
Franck Vaillant à la batterie prend la direction des opérations dès le début du concert, c'est lui qui va structurer le premier mouvement du premier morceau, et il fait feu de tout bois depuis son poste de pilotage: casserole, feuilles en plastique, clochettes et j'en passe; pendant ce temps ses acolytes ont tout loisir de vagabonder sur un thème mener tambour battant ( plutôt batterie battante et vaillante même)
Ouff, le morceau va durer 20 minutes et il donne le ton de la soirée : de la haute voltige
La composition de Christophe Moniot "serait" un détournement du "Quatuor pour la fin du Temps" d’Olivier Messiaen.
 Nous avons à faire à une machine de haute précision bourrée de fantaisie; un vrai défi relevé haut la main.
Tous les musiciens participent aux compositions elles sont interprétées toujours avec beaucoup de recherche de sons, Christophe Moniot n'hésite pas à utiliser l’électronique pour triturer le son de son saxophone ou en utilisant un clavier numérique.
Aussi l'ensemble est résolument moderne.
Merci Pierre
 Marc Ducret à la guitare varie ses interventions, alternant les séquences planantes avec des riffs rocks distordus. Bruno Chevillon à la contrebasse est d'une implacable solidité, proposant un son proche de la perfection ( si jamais elle existe)
Je m'étonne tout au long de la soirée de tant de liberté apparente pour une telle cohérence 
La composition du pianiste Stéphan Oliva est une magnifique ballade qui sera tournée en dérision par la fantaisie de Marc Ducret et Franck Vaillant : une vrai réussite.

Le morceau de rappel sera de Franck Vaillant  "C'est cool d'être ami" une composition jouissive se terminant en une montée en apothéose.

Le  voyage proposé par ces techniciens de haut niveau, improvisateurs, poètes, rêveurs, pour la seule beauté éphémère d'une soirée, nous aura paru bien court.

 Liberté, impertinence, humour et finesse : tout Bouteiller quoi !

JazzMarc
Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine   


Christophe Monniot :saxophones, Marc Ducret: guitare, Stéphan Oliva: piano, Bruno Chevillon: contrebasse, Franck Vaillant : batterie


  

lundi 13 mars 2017

Stéphane Vincenza Quintet :la Clef de voûte

Vendredi soir 10 mars 2017, la Clef de voûte

On a l'impression de se retrouver à la maison en arrivant à la Clef de voûte. Stéphane Vincenza nous serre la main avec un grand sourire.
Ce soir, il accompagne avec Cédric Perrot (batterie) et  fils (contrebasse) une section cuivres composée de Michel Buathois (sax) et Aurélien Joly (trompette).




Standards à l'honneur avec "Bernie's tune", "Night in Tunisia", "What's new" et autres.

Bon son, beaucoup de swing et une salle comble et éclectique (des jeunes,des moins jeunes,des musicos,de simples mélomanes).
La douceur printanière a sans doute incité les jazzophiles à sortir.
Le jeune contrebassiste est concentré sur son sujet et n'hésite pas à faire sa part de soli, y compris à l'archet. Chacun des soufflants nous offre sa ballade.

Mais sur "Move", c'est Cédric qui assure avec brio. Stéphane s'éclate sur son clavier et nous remercie, avant d'entamer le dernier morceau, de faire vivre la musique en venant l'écouter en club.
 Nous laissons les musiciens finir entre eux par une jam dont ils se réjouissent à l'avance.
La semaine prochaine, nous essaierons le Saint-Georges.

Mais ,si vous passez par la Clef de voûte, c'est l'excellent Julien Bertrand qui sera là (en quartet).

                                           François Jazzbôf

vendredi 3 mars 2017

LA LA LAND : la comédie musicale à voir !


Ne serait-ce que parce que le héros incarné par Ryan Gosling, Seb , est un pianiste puriste qui rêve de réouvrir un club de jazz où jouèrent les plus grands, ce film mérite notre attention.

La musique du film, composée par Justin Hurwitz (et qui lui a valu un oscar), est d'ailleurs fondamentalement jazzy.

Mais rien que la scène où Seb explique à Mia, qui lui a avoué détester le jazz, tout ce qu'il faut comprendre dans le morceau que joue sous leurs yeux un quartet au fond d'un club appelé "Ligthouse", rien que ça vous dis-je, mérite le déplacement.

D'ailleurs Mia est convaincue et commence à apprécier cette musique en voie d'extinction aux States d'après Keith (incarné par le chanteur de soul John Legend),le tentateur pop qui dévie Seb de sa route initiale et lui fait
trahir son rêve.

Car ce film parle aussi de rêves, de confiance en soi, d'amour et des différents chemins que peut suivre une vie.

Le tout filmé avec une maestria confondante (regardez les couleurs,les éclairages,les cadrages,le montage,les références à Fred Astaire ou Jacques Demy).




 Bref ! J'aime. Et j'espère que vous aimerez aussi.

                            François Jazz'n Dance bôf

lundi 13 février 2017

Electrophazz au Jack Jack

Le jeudi  9 février au Jack Jack.

Electrophazz  a 10 ans et ce soir au Jack Jack ils ne sont pas peu fiers de présenter leur troisième album "Electric city".
  
Le groupe a de grosses ambitions et met beaucoup de moyens et d’énergie dans ce nouveau projet.
Ils seront jusqu'à 10 sur scène en comptant tous les chanteurs et les 3 soufflants.  

La composition du groupe a évoluée autour du noyau dur depuis les débuts, au fil du temps et des nouveaux projets.
Ce soir, Keven Smith,  un rappeur américain, est très en avant; dommage ce n'est pas forcément ce que je préfère pour être politiquement correcte, et Trump n'a rien à y voir.
Le concert a un peu de mal à décoller me semble t'il, les cuivres sont un peu timide, le batteur un peu simpliste derrière les vociférations du rappeur.
Et puis chacun des membres trouve ses marques et toute l'originalité et la richesse du groupe se déploie : Un jazz funk Soul efficace et lumineux.
David Marion en grand sorcier du projet, qui assure la majorité des compositions, impulse son groove derrière ses claviers, il est soutenu dans cette tache par les deux magnifiques chanteuses Célia Kaméni et Thaïs Lopes de Pina qui transmettent leur enthousiasme à un public conquis.

Les compositions sont souvent propices à faire bouger les popotins, mais d'autres comme "love is my choice" nous prennent aux tripes; Celia est au chant principal  accompagnée simplement par le saxophone: tout va bien !  

En invité presque surprise le rappeur Nota Bene  interviendra pour quelques morceaux et à chaque fois avec beaucoup d’efficacité et de succès.

Le nouvel album  "Electric city" sera disponible le 24 février nous lui souhaitons beaucoup de succès et un belle tournée à Electrophazz.

Avis aux amateurs (et j'en connais) le Jack Jack propose désormais des apéro-jazz un mercredi par mois de 19 à 21heures sous la thématique " About Jazz and Wine": un moment pour déguster du vin et écouter du jazz. What else ?
http://jackjack.fr/concerts/

JaZZmarc
Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine  

Tim Campanella (batterie), Yann Phayphet (Basse), David Marion (claviers), Antoine Viallefont (sax alto/soprano), Jean-Alain Proviste (sax ténor), Thaïs Lopes de Pina (Chant), Célia Kaméni (Chant), NotaBene (Rap),  Keven Smith (rap), ?(Trompette )


Loop Deluxe au Jack Jack


Jeudi 9 février au Jack Jack à Bron.

Le Jack Jack a su attirer du monde un jeudi, soir de pluie, en donnant une carte blanche au groupe ElectroPhazz qui lui a choisi pour ouvrir la soirée le duo Loop Deluxe.
C'est un duo original qui associe la belle voix de Lisa Caldognetto à la guitare basse 6 cordes de Cristophe Garaboux  et à quelques assistants électroniques.

Dans la lignée d'un Tuck and Patti des temps modernes Loop Deluxe reprend quelques chansons pop du moment des Maroon Five ou de katy Perry dans un univers personnel ou se mêlent le jazz et l' électronique.
Mais le duo nous livre aussi quelques compositions de Christophe Garaboux d'un très bon calibre comme " Just do it now"; le titre cogne comme une standard Funky.  
La grosse maitrise de leur compagnons électroniques permet de garder la fluidité d'un concert acoustique avec une multitude de possibilités. Les loop se superposent, ainsi on peut passer d'une chanson intimiste voix/guitare à un groupe de choristes avec batteurs et nombre de guitares.
Une mention spéciale pour la repris de Rihanna " Diamond", que Lisa reprend à son compte avec beaucoup de talent, en la transformant en balade tendre sans aucune surenchère vocale.
    
Le groupe est a découvrir sur internet ou en écoutant leur récent EP; mais mais ...rien ne vaut la scène
Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine  

Christophe Garaboux/basse/ loop et Lisa Caldognetto chants/loop

JazzMarc

vendredi 27 janvier 2017

Terez, Roger et le St Georges

Cela pourrait être le titre d'une belle histoire d'amour. Roger qui n'est ni musicien ni amateur de Jazz découvre Terez Montcalm il y a 10 ans à Avaulx Jazz (et nous y étions aussi avec le redac chef, je me souviens encore de cet étonnant Voodoo Child) , de là naquit une passion pour le Jazz qui le conduira  à ouvrir plus tard le club St Georges, il y a 5 ans.

Aujourd'hui Terez est la marraine du St Georges et pour l'occasion nous a gratifié de 2 sets ce samedi 21 Janvier à 19 h et 21h devant 2 fois 45 personnes , quel bonheur ! "Une salle comme il y en existe plus à Québec " nous confie Terez, du "Jazz comme dans les Années 50" . Elle se présente en trio, exit la batterie et le clavier, "c'est bien aussi, plus chaleureux" et quelle surprise de voir Christophe Walleme à  la contrebasse. Sans doute un de nos meilleurs contrebassiste (regretté Prysm... ) au jeu fluide et élégant . Je l'avais laissé sur son bel album Time Zone, et c'est un vrai plaisir de le retrouver ici au côté de Jean-Marie Ecay à la guitare Jazz. Un virtuose que je ne me souviens pas avoir vu, il enfile les notes comme il respire pour envelopper le chant de Terez si caractéristique et généreux mais ne rechigne pas à  lâcher un blues sur Voodoo Child ( et oui elle nous la refait...)

Quand à Terez elle aime la chanson française on le sait, ses albums en sont parsemés , elle attaque avec deux titres de son nouvel album, Quand on s'aime (Aznavour) et la belle vie (Sacha Distel) puis un Black Trombone bien trempé. Il n'y a pas de batteur mais la batterie est là et Roger ne résiste pas à venir jouer des balais comme il aime bien le faire. Pendant qu'il s'installe Terez nous raconte avec son bel accent qu'elle a " mangé la pizza tantôt avec Roger", My baby just cares for me, Terez lui a fait un beau cadeau.
Puis nous aurons "Les feuilles mortes ", "Love " et  "Docteur" la version de Fever par Nougaro. Un hommage  à Shirley Horn  sa chanteuse préférée et enfin en rappel  Ashes to Ashes , un autre hommage sans doute.
Nous retrouvons ensuite Terez à l'étage pour les dédicaces, accessible et sympa, une belle marraine pour ce lieu que j'apprécie de plus en plus. Elle pourrait revenir une fois par an parait-il mais chut n'ébruitons pas.
Bonsoir Roger, et merci pour cette belle histoire.
JC JazzBof